This content is not available in your region

Oran, petite reine du vélo pour les Jeux méditerranéens en Algérie

Par Cinzia Rizzi
euronews_icons_loading
Road to Oran 2022
Road to Oran 2022   -   Tous droits réservés  euronews

 Du 25 juin au 6 juillet, la ville algérienne d'Oran sera la capitale du sport méditerranéen. Elle accueillera la 19e édition des Jeux méditerranéens. 12 jours de sport, d'émotions, de célébrations. Parmi les 24 sports proposés, le cyclisme.

221 cyclistes vont s'affronter dans la deuxième ville d'Algérie, entre le 30 juin et le 2 juillet. Le programme comprend deux épreuves : un contre-la-montre individuel et une course sur route individuelle, tant pour les femmes que pour les hommes.

Les contre-la-montre auront lieu le 30 juin : 18 km pour les femmes et 25 km pour les hommes. En ce qui concerne la course sur route, l'épreuve féminine sera une course de 80 kilomètres avec 469 mètres de dénivelé. Pour les hommes : 147 kilomètres avec un dénivelé de 926 mètres.

Un parcours varié qui plaira sûrement aux cyclistes, comme le dit Kerim Gherabiou, président de la ligue cycliste d'Oran : "Nous avons choisi un parcours vallonné, il y a la nature. Nous quitterons Oran pour rejoindre une autre wilaya [division administrative algérienne, ndlr], elle s'appelle Aïn Témouchent, et nous reviendrons à Oran".

L'espoir d'une médaille pour les cyclistes locaux

Elle a toutes les chances de remporter une médaille. À seulement 18 ans, Nesrine Houili a déjà été sacrée championne d'Afrique 2022 dans trois catégories : contre-la-montre élite, course en ligne espoirs et contre-la-montre espoirs.

La jeune Oranaise connaît parfaitement le parcours, elle s'est entraînée ici ces derniers mois et a de bonnes raisons d'être particulièrement motivée : "C'est, premièrement, en Algérie, deuxièmement c'est chez moi, à Oran, ici. Et puis c'est près de chez moi, de ma famille et j'espère faire un bon résultat ", nous dit-elle.

Nesrine espère que ces Jeux pourront donner envie aux jeunes de faire du vélo à l'avenir. " Nous n'avons pas beaucoup de champions ici. On n'a pas beaucoup d'idée du vélo, et j'espère qu'on va partager cette idée pour l'avenir, à partir de ces Jeux ".

Deux joyaux, là-haut sur la montagne

Pas question de pédaler les 147 kilomètres du parcours officiel. En revanche, nous avons voulu vous emmener sur le point culminant d'Oran qui domine la ville : le mont Murdjadjo (429 m d'altitude), où se trouvent la chapelle de Santa Cruz et le célèbre fort du même nom. Comme nous l'ont dit certains habitants, c'est vraiment un lieu emblématique.

"Santa Cruz est un lieu touristique. Tous ceux qui viennent à Oran montent à Santa Cruz. Et quand vous êtes là-haut, vous avez cette vue panoramique...", nous dit un jeune homme.

"Santa Cruz est un monument charmant. C'est la saveur de l'histoire de cette ville. La ville qui a connu plusieurs civilisations, la ville qui révèle son ancienneté et son authenticité", nous dit une femme.

De là-haut, on peut admirer cette chapelle chrétienne, avec sa vierge qui veille sur la ville. Les Français l'ont construite en 1850, pour remercier Notre-Dame du Salut d'avoir mis fin à une terrible épidémie de choléra l'année précédente.

Mais ce lieu est bien plus qu'une simple chapelle. "Ce mélange ici à cet endroit, ce sanctuaire chrétien, le fort espagnol et puis au-dessus une mosquée, c'est tout.... Je pense que c'est un bon reflet d'Oran, c'est l'Oran dans lequel on aime vivre ensemble", raconte Jean-Paul Vesco, archevêque d'Alger et ancien évêque d'Oran.

Au-dessus de la chapelle, on peut admirer le magnifique fort de Santa Cruz. Il a été construit dans la seconde moitié du XVIe siècle (entre 1577 et 1604) par les Espagnols. Auparavant, les Ottomans avaient construit un premier fort sur le site. Mais après avoir été vaincus par les Espagnols, qui ont régné sur Oran pendant environ 300 ans jusqu'en 1792, le fort Santa Cruz a été reconstruit.

C'est un véritable joyau, particulièrement bien conservé malgré le temps qui passe. "Cette forteresse est l'une des plus connues en Algérie et même dans le monde, en raison du grand nombre de visiteurs", explique Mustapha Bensahla, guide touristique et gardien du Fort Santa Cruz. "C'est un repère historique pour tout le monde. En plus de cela, tout le monde sait qu'Oran va bientôt vivre un événement international, qui est vraiment mondial pour moi : les Jeux méditerranéens".