Contenu partenaire

 OCP
Le « contenu partenaire » est un contenu payé et contrôlé par l'annonceur. Ce contenu est produit par les départements commerciaux et n'implique pas la rédaction ou les journalistes d'Euronews. Le partenaire financier a le contrôle des sujets, du contenu et détient l'approbation finale en lien avec le département production commerciale d'Euronews.
Contenu partenaire
Le « contenu partenaire » est un contenu payé et contrôlé par l'annonceur. Ce contenu est produit par les départements commerciaux et n'implique pas la rédaction ou les journalistes d'Euronews. Le partenaire financier a le contrôle des sujets, du contenu et détient l'approbation finale en lien avec le département production commerciale d'Euronews.
OCP

L’engagement du Groupe OCP en faveur de la biodiversité en Afrique

Mesures de reboisement à Madagascar
Mesures de reboisement à Madagascar   -   Tous droits réservés  OCP

La fluctuation de la biodiversité est un phénomène qui a lieu depuis la nuit des temps. Les espèces et les environnements changent constamment, et s’adaptent aux variations du climat. Cependant, depuis quelques décennies et tout particulièrement ces dernières années, les activités humaines ont provoqué de tels bouleversements dans l’environnement que des dizaines de milliers d’espèces disparaissent chaque année.

Le Groupe OCP, leader de la nutrition des plantes et premier producteur mondial d’engrais phosphatés, reconnaît que les stratégies à long terme doivent intégrer toutes les formes de protection nécessaires pour l’environnement et la biodiversité.

Acteur industriel engagé, le groupe a mis en place une stratégie de préservation de la biodiversité basée sur l’étude, la surveillance et la valorisation de ce patrimoine, afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour réduire les impacts négatifs sur la faune et la flore.

Les engagements du groupe incluent : l’intégration de la protection de la biodiversité dans sa stratégie et sa planification d’entreprise ; la préservation du patrimoine naturel et culturel ; un suivi et un contrôle précis des impacts induits par les activités du groupe sur la biodiversité ; une gestion responsable des déchets, afin de préserver les rivières et les lacs ; et la protection des habitats naturels et des écosystèmes à forte valeur écologique dans les zones d’activités de l’OCP.

En s’associant à des organismes multilatéraux, l’OCP est impliqué dans de nombreux projets visant à obtenir des bienfaits pour la biodiversité, à court et long terme. Ces derniers couvrent une multitude de problèmes, du stockage de l’eau à la dégradation des terres et à la désertification, en passant par la déforestation et l’agriculture non durable.

L’ensemble des sites du groupe sont soumis à une analyse de la biodiversité lors du processus d’autorisation, et aucun de ces sites n’est situé en zone protégée ou à proximité. Les sites disposent de leur propre plan de gestion des espaces verts, et des projets en cours assurent la réhabilitation des terrains miniers.

LOCP est conscient de sa responsabilité de protéger non seulement les terres où le groupe opère, mais également d’étendre son impact positif au-delà des régions où il est présent. Le groupe s’engage à élargir encore son rayon d’action en favorisant la préservation de la biodiversité au-delà des frontières marocaines, sur le continent africain.

À travers la Fondation OCP, une organisation à but non lucratif d’utilité publique, le groupe travaille avec les communautés en Afrique et au-delà, en soutenant des initiatives durables qui favorisent le développement humain.

« Nous croyons fermement que combiner nos efforts à ceux de nos partenaires et partager nos capacités d’action est la seule façon de relever nos défis communs. Autonomiser nos partenaires et les communautés est une priorité : nos partenariats se concentrent généralement sur des zones pilotes, et permettent aux bénéficiaires de se familiariser avec les outils et les techniques utilisées, ce qui leur permet de continuer à travailler sur le reste du territoire, les aidant ainsi à renforcer leur résilience», explique Hassina Moukhariq, Responsable portefeuille international à la Fondation OCP.

Agir rapidement pour sauvegarder le Parc du Niokolo Koba

© OCP
Laboratoire mobile d’analyse de l’eau, Parc National du Niokolo Koba, Sénégal© OCP

Certains projets de gestion et de préservation de la biodiversité menés par la Fondation OCP se situent au Sénégal, qui abrite le Parc National du Niokolo Koba. Couvrant près de 10 000 km2 de forêts et de zones humides, ce vaste parc rassemble une faune riche et variée, y compris des lions, des éléphants, des chimpanzés et des léopards.

Malheureusement, ce parc est inscrit sur la liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO, en raison du braconnage, des sécheresses, des incendies, de l’appauvrissement des sols et de l’orpaillage opéré par les populations locales. Ces facteurs et d’autres ont entraîné une baisse de la qualité de l’eau et des niveaux de biodiversité.

La Fondation OCP, en collaboration avec le Ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique du Sénégal, a lancé un projet de conservation de trois ans pour la région. Cette initiative est double : fournir des équipements et former les responsables sur place pour les aider à améliorer la qualité de l’eau, et travailler avec les communautés locales afin de les sensibiliser au problème et développer différents projets.

La Fondation s’appuie sur des formateurs experts de l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), au Maroc. Vingt-quatre cadres de la Direction des Parcs Nationaux du Sénégal ont été ainsi formés à l’analyse de l’eau, et un laboratoire mobile d’analyse de l’eau a été mis à disposition de la Direction des Parcs Nationaux. Cela a permis aux équipes de mettre en pratique les techniques apprises.

« Grâce à ce projet, nous allons enfin pouvoir nous attaquer au problème de la qualité de l’eau dans le parc, notamment via le système de laboratoire mobile », déclare le Colonel Bocar Thiam, Directeur des parcs nationaux au Sénégal. « La formation de nos agents, la sensibilisation à la cause environnementale et l’éducation en faveur de la préservation de la biodiversité viennent renforcer nos actions. »

Les communautés locales ont également bénéficié du projet, avec notamment le soutien apporté à une association locale de femmes située à proximité du parc. Grâce au soutien technique et humain de la Fondation OCP et du Cooplab, un laboratoire d’idées et d’innovation sociale de l’UM6P, l’association a pu mettre en place une ferme agroécologique qui fournit à la fois des produits et des revenus aux communautés locales.

Conservation des zones humides à Joal-Fadiouth

© OCP
Reboisement de la mangrove dans la zone marine protégée de Joal-Fadiouth, au Sénégal© OCP

Située sur la côte ouest du Sénégal, la baie de Joal-Fadiouth est une zone protégée abritant une importante vie marine. Aux côtés du Ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique du Sénégal et de la Direction des Aires Marines Communautaire Protégées, la Fondation OCP a lancé un projet visant à soutenir économiquement et socialement les communautés locales, tout en protégeant la biodiversité marine et côtière de la région.

Les zones humides composées de vasières et de mangroves entourant le lagon de Joal-Fadiouth rassemblent des milliers d’espèces de poissons et d’oiseaux marins. De plus, la mangrove protège les espèces migratrices, telles que les tortues de mer et de nombreux coquillages.

Le projet de la Fondation OCP vise à protéger ces espèces tout en améliorant les rendements de la pèche, apportant ainsi des bienfaits socio-économiques aux populations locales, avec une attention particulière aux associations de Femmes. La formation et l’éducation sur des sujets tels que la sensibilisation écologique, la salinité de l’eau, la gestion des sols et les principales activités génératrices de revenus, notamment l’ostréiculture et l’apiculture, ou encore la gestion des coopératives, sont un aspect important de ce projet. En juillet 2022, une vaste opération de reboisement de la mangrove a été menée, couvrant 20 hectares, par les deux partenaires et les communautés locales.

La Grande muraille verte

© OCP
Mission d’identification des besoins des Femmes dans la région du Widou, le long de la Grande muraille verte, au Sénégal, avec le soutien du Cooplab de l’UM6P© OCP

Partout en Afrique, mais particulièrement dans la région du Sahel, qui s’étend entre autres à travers le Sénégal, la Mauritanie, le Mali et le Burkina Faso, les habitats naturels sont dévastés par les sécheresses et la surexploitation agricole. La Grande muraille verte (GMV) a été pensée comme un moyen de ralentir/arrêter la désertification en Afrique du Nord, en créant un vaste mur tampon, d’ouest en est, composé d’arbres et de végétation. Les objectifs sont de renforcer la sécurité alimentaire de ces régions, créer des emplois verts et combattre la dégradation des terres.

La Fondation OCP a collaboré avec l’Agence sénégalaise de la Reforestation et de la Grande Muraille Verte (ASRGMV), afin de déployer un projet pilote visant à réduire les effets du changement climatique à la fois sur l’environnement et les communautés locales. L’objectif est d’établir une symbiose entre les populations vivant le long de la Grande muraille verte, au Sénégal, générant ainsi des opportunités de revenus et améliorant les conditions de vie, en particulier pour les femmes et les jeunes.

La gestion durable des écosystèmes, le reboisement et l’amélioration de la qualité de l’eau permettront une restauration de la biodiversité au niveau de la faune et de la flore. Aux côtés des experts de l’UM6P, la Fondation OCP s’est engagée à assurer la formation, ainsi que l’équipement pour le contrôle de la qualité de l’eau et la gestion des sols. ASRGMV, UM6P et la Fondation OCP ont également lancé avec succès un fonds de recherche via l'Université Mohammed VI Polytechnique, dans le but de soutenir les institutions sénégalaises travaillant autour de la Grande muraille verte au Sénégal. Ce fonds de recherche cible quatre grands axes :

• accès, gestion et gouvernance de l’eau

• besoins en énergies renouvelables et accessibilité

• développement des communautés locales via la santé des sols et la restauration des écosystèmes

• gouvernance et gestion des connaissances locales

Reboisement et restauration de la biodiversité à Madagascar

En 2022, la Fondation OCP a collaboré avec le Ministère de l’Agriculture de Madagascar dans la mise en œuvre réussie d’une initiative de développement des communautés dans trois régions du pays. Le projet se concentre sur le reboisement et la restauration de la biodiversité, qui contribueront à la séquestration du carbone et à la promotion d'emplois locaux inclusifs.

© OCP
Mesures de reboisement à Madagascar© OCP