Contenu partenaire

 OCP
Le « contenu partenaire » est un contenu payé et contrôlé par l'annonceur. Ce contenu est produit par les départements commerciaux et n'implique pas la rédaction ou les journalistes d'Euronews. Le partenaire financier a le contrôle des sujets, du contenu et détient l'approbation finale en lien avec le département production commerciale d'Euronews.
Contenu partenaire
Le « contenu partenaire » est un contenu payé et contrôlé par l'annonceur. Ce contenu est produit par les départements commerciaux et n'implique pas la rédaction ou les journalistes d'Euronews. Le partenaire financier a le contrôle des sujets, du contenu et détient l'approbation finale en lien avec le département production commerciale d'Euronews.
OCP

Le Groupe OCP adapte ses activités et redouble d’efforts pour lutter contre le changement climatique

Ferme photovoltaïque, Benguérir, Maroc
Ferme photovoltaïque, Benguérir, Maroc   -   Tous droits réservés  OCP

Confronté aux pressions cumulées de la croissance démographique et de la crise environnementale, le Groupe OCP, premier producteur mondial d’engrais phosphatés, a redoublé d'efforts pour accroître sa production d'engrais tout en réduisant son empreinte carbone.

En tant que dépositaire responsable des plus grandes réserves de phosphate au monde, OCP joue un rôle déterminant dans la sécurité alimentaire mondiale et prend très au sérieux les risques liés au changement climatique.

L'humanité consomme aujourd'hui nettement plus de ressources que la planète ne peut en offrir, et les dommages écologiques ne feront certainement que s'aggraver au vu de la croissance démographique et économique. Pour OCP, le défi consiste à répondre aux besoins grandissants de la population afin de garantir la sécurité alimentaire, tout en utilisant un minimum de ressources.

Cependant, l'extraction et le traitement du phosphate sont des activités à forte consommation énergétique. C’est pourquoi le groupe investit massivement dans la recherche et la technologie, afin de rendre ces processus aussi efficients et durables que possible.

« OCP s'efforce de répondre à la demande en phosphate, tout en rééquilibrant notre empreinte environnementale et en la convertissant en opportunités positives, bénéficiant à l'ensemble de la communauté », déclare Hanane Mourchid, Chief Sustainability Officer du Groupe OCP. « Pour atteindre cet objectif, nous avons élaboré plusieurs feuilles de route qui nous aideront à respecter nos engagements environnementaux, sociaux et de gouvernance, avec pour but d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2040 et de couvrir 100 % de nos besoins en électricité à partir de sources propres en 2026. »

Adopter des modèles durables

Le Groupe OCP s’est engagé à contribuer à la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre, conformément aux objectifs marocains et internationaux de développement durable, visant respectivement à réduire de 45,5 % les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 et à maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 2 °C.

En outre, le groupe aligne progressivement son rapport de développement durable sur les recommandations de la Task Force on Climate-Related Financial Disclosures (TCFD), afin d'être transparent sur sa progression vers la neutralité carbone d'ici 2040.

L'entreprise a pour objectif non seulement d'adapter ses activités principales, mais aussi de renforcer l'éducation et la sensibilisation au niveau international, concentrant ses efforts sur l'atténuation du changement climatique, l'adaptation, la réduction de l'empreinte écologique et les systèmes d'alerte précoce. Son plan d'action climatique et de décarbonisation fournit une feuille de route pour promouvoir le développement industriel, tout en maintenant le cap sur la neutralité carbone.

Afin d’atteindre ses objectifs environnementaux ambitieux, OCP s'allie à des partenaires institutionnels et économiques stratégiques du secteur privé, tels que l'association internationale de l'industrie des engrais (IFA) et le conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD), ainsi qu'à des organisations chargées d’évaluer la durabilité, telles que l'initiative Science Based Targets (SBTi), qui, en s’appuyant sur des preuves scientifiques, veille à s’assurer que la stratégie de décarbonisation d’OCP -entre autres- soit conforme aux objectifs de l'accord de Paris.

« Le secteur d’utilisation et gestion des terres est à l'origine de 95% de la production alimentaire et agricole, il joue un rôle déterminant dans la lutte contre le changement climatique. OCP remplit sa mission de mettre un terme à la dégradation des sols en promouvant les bonnes pratiques agricoles, en investissant dans la recherche et le développement et en soutenant les efforts des agriculteurs. Toutes ces démarches visent à réduire les émissions mondiales et à exploiter pleinement le potentiel des terres, pour aider à éliminer le dioxyde de carbone de l'atmosphère », explique Naoufal Mahdar, Vice president of climate action and decarbonisation du Groupe OCP.

Une transition vers des énergies propres

Le Groupe OCP est en bonne voie pour atteindre son objectif de couvrir 100% de ses besoins en électricité à partir de sources propres d'ici 2026, puisqu’il en est déjà à 87%. L'entreprise puise de plus en plus son énergie dans l'éolien et le solaire, et s'attache à trouver des énergies alternatives propres pour remplacer sa consommation de combustibles fossiles (fioul lourd et gaz naturel).

OCP construit actuellement des fermes photovoltaïques d'une capacité de 1,2 GW, dont la première phase sera mise en service d'ici 2024. Au total, l'entreprise a investi 2,3 milliards de dollars dans son programme de transition énergétique, et un autre élément clé de ce plan est le stockage de l'énergie. En stockant de l'énergie propre, OCP peut tirer profit au maximum des périodes de soleil et de vent et sécuriser, ainsi, l’accès à cette énergie durant la nuit ou les périodes météorologiques non favorables.

En outre, OCP est en mesure de réutiliser la chaleur résiduelle de ses installations industrielles pour produire de l'électricité propre (cogénération). En 2021, le groupe a produit plus de 3 000 GWh d'électricité par cogénération, assurant ainsi une gestion équilibrée de l'énergie.

Le groupe travaille également à minimiser l'impact de la production d'ammoniac, responsable de plus d'un pour cent des émissions mondiales de CO2. En collaboration avec l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), OCP développe actuellement des solutions pratiques et viables pour produire de l'ammoniac vert (à partir d'énergies renouvelables) et ainsi remplacer l'ammoniac importé (produit à partir de combustibles fossiles), ainsi que d'autres solutions basées sur la production d'hydrogène vert.

OCP a, par ailleurs, créé des plateformes dédiées à la recherche de solutions durables, qui explorent des projets d'innovation dans le domaine des énergies propres et des énergies nouvelles.

Transformer la gestion de l'eau

© OCP
STEP ( STation d'EPuration des eaux usées), Khouribga, Maroc© OCP

Les températures moyennes plus élevées ainsi que les conditions météorologiques extrêmes et difficiles à prévoir, telles que les vagues de chaleur, les sécheresses et les fortes précipitations, ont des répercussions grandissantes sur la disponibilité, la distribution et la qualité de l'eau au Maroc ; pays où l'eau est déjà rare.

Les sites d'extraction et de traitement d’OCP nécessitant de l'eau, le groupe a élaboré un programme de gestion de l'eau reposant sur la rationalisation et l’utilisation de de sources en eau non conventionnelles : eaux usées traitées et eau de mer dessalée qui devraient couvrir 100 % des besoins du groupe d'ici 2026.

En effet, afin de répondre à la demande croissante d’engrais, OCP prévoit que sa consommation d'eau va tripler d'ici 2028. En 2008, le groupe a entrepris d'éliminer progressivement l'utilisation d'eau douce dans ses activités. Il s'est, depuis, lancé dans un ambitieux programme de gestion durable de l'eau, privilégiant des techniques innovantes et des sources alternatives qui devraient lui permettre de supprimer totalement ses besoins en eau douce d'ici 2026.

La part d'eau provenant de sources non conventionnelles au sein du groupe est passée de 3% en 2010 à 30% en 2018. Grâce à des investissements importants dans ce domaine (360 millions de dollars à ce jour), le groupe a pu construire, entre autres, trois stations d'épuration des eaux usées et une usine de dessalement pour son propre usage.

« Le programme de gestion de l'eau repose sur deux piliers : la rationalisation et l'utilisation de ressources en eau non conventionnelles », explique Karim Saoud, Vice President of water and energy, du Groupe OCP.

« Ce programme vise à optimiser notre utilisation de l'eau, à transformer nos processus et à investir dans la recherche et le développement, afin de trouver des solutions encore plus efficaces pour réduire notre consommation en eau. Nous travaillons sur des pratiques et des outils intelligents, qui offriront aux agriculteurs des solutions lorsque l’eau se fait rare. Des capacités en eau bénéficieront également aux communautés locales, afin de les aider à faire face à la crise de l'eau, à améliorer leur santé et leur prospérité. »

« En associant l'épuration des eaux usées urbaines au dessalement, nous mettons davantage d'eau douce à la disposition des autres consommateurs, notamment comme source d'eau potable et pour l’usage agricole. »

Les futures usines de dessalement, dont l'achèvement est prévu pour 2022, couvriront les besoins en eau des principaux sites de Jorf Lasfar et de Safi. L'eau ainsi économisée sera redirigée vers le bassin de l'Oum Er Rbia et les villes d'El Jadida et de Safi

Développer des produits et services adaptés au changement climatique

L'évolution du climat, de la hausse des températures à la variation des précipitations, a une incidence croissante sur la façon dont les végétaux poussent dans le monde entier.

Afin d'offrir aux agriculteurs des réponses durables à la diminution des ressources naturelles et à la multiplication des réglementations, OCP améliore constamment ses produits et services pour créer une agriculture intelligente, intégrant les principes des « 4R » dans la gestion des nutriments : le bon engrais, au bon dosage, au bon moment et au bon endroit.

Cette démarche s'articule autour des axes suivants : (i) fournir aux agriculteurs des infrastructures locales, notamment des unités de blending et de stockage, et minimiser les interruptions de la chaîne d'approvisionnement dues aux conditions météorologiques. (ii) Développer des formules customisées, adaptées à l'évolution du système sol-culture-environnement, et saisir toutes les opportunités pour développer des produits éco-intelligents. (iii) Concevoir des outils numériques pour aider les agriculteurs à prendre de bonnes décisions.