EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

France : deux dirigeants de l’usine Goodyear d’Amiens séquestrés

France : deux dirigeants de l’usine Goodyear d’Amiens séquestrés
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

Le directeur de la production et le directeur des ressources humaines de l’usine Goodyear située à Amiens, dans le nord de la France, sont séquestrés depuis ce lundi matin par des représentants des syndicats et des salariés. En cause, la menace de fermeture qui pèse sur l’usine et les procédures de licenciement afférentes.

Une réunion était prévue ce matin entre les deux dirigeants et des représentants du personnel pour tenter de trouver un accord concernant les modalités de licenciement des employés. Les deux parties n’ayant pas trouvé de terrain d’entente, le directeur de la production et le directeur des ressources humaines ont été retenus « dans le calme » selon Franck Jurek, secrétaire adjoint CGT du comité d’entreprise de l’usine, dans une salle dont l’accès a été bloqué par un énorme pneu pour véhicule agricole.

#goodyearpic.twitter.com/zyr6RJuWhh

— Goodyear amiens nord (@Goodyear_A_N) 6 Janvier 2014

M. Jurek a également déclaré que « même si il faut attendre trois ou quatre jours, ils ne sortiront pas. On va chercher des matelas, tout, on dort là ».

D’autre part, la CGT a indiqué que les deux membres de la direction ne manqueraient pas d’eau et auront l’usage de leurs téléphones portables.

#goodyear#amiens jusqu'ici tout va bien ;-) pic.twitter.com/3cymrsiRph

— Goodyear amiens nord (@Goodyear_A_N) 6 Janvier 2014

Voilà un an pratiquement que le couperet est tombé. La direction de Goodyear avait annoncé, le 31 janvier 2013 exactement, la fermeture de ce site, jugé plus assez rentable et où sont employés plus de 1 100 personnes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives