Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grève générale en Grèce : la rue se soulève contre l'austérité

Grève générale en Grèce : la rue se soulève contre l'austérité
Taille du texte Aa Aa

30.000 personnes dans les rues d’Athènes, environ 10.000 à Salonique : la Grèce observait sa deuxième grève générale de l’année ce jeudi. Un débrayage de 24 heures du public et du privé contre l’austérité : transports en commun, liaisons aériennes et maritimes, hôpitaux, banques ou encore écoles ont été touchés.

Retraités, chômeurs, actifs se mobilisent à une semaine du vote de la loi de finance 2015, alors que les créanciers internationaux – l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international – exigent d’Athènes de nouvelles coupes budgétaires. Le gouvernement conservateur, qui espérait sortir du plan de sauvetage avant la fin de l’année, n’a obtenu aucune concession de la troïka qu’il a retrouvé cette semaine à Paris. Un accord avant la réunion de l’Eurogroupe, le 8 décembre, est peu probable.

Pourtant, de ces économies budgétaires dépend le versement de la toute dernière tranche d’aide du plan de sauvetage de 240 milliards d’euros concédé à la Grèce en faillite en 2010. Si Athènes parvient à s’en émanciper, elle restera épaulée par le FMI jusqu’en 2016.

Ce petit jeu du donnant-donnant irrite des Grecs à genoux. “ Les Grecs ne peuvent pas supporter davantage d’austérité. Les discussions avec la troïka devrait cesser sur le champ ! “ s’insurgeait un quinquagénaire dans la manifestation. “ Ce qui arrive à mon pays me rend très triste, les Grecs devraient se soulever ! “ renchérissait une femme.

Aux côtés des manifestants, le chef du parti de gauche Siriza, Alexis Tsipras, a dénoncé la stérilité de la politique du gouvernement conservateur. “ Aujourd’hui, nous avons la preuve que la stratégie de bon élève obéissant appliquée par le gouvernement Samaras depuis deux ans et demi nous a conduits à une situation bien pire qu’en 2012, “ a-t-il martelé. Les manifestants ont eux appelé le gouvernement Samaras à démissionner.

Et notre correspondant à Athènes, Giannisis Stamatis, de conclure : “ malgré des signes de reprise de l‘économie grecque, la plupart des actifs ne sentent pas la différence dans la mesure où leurs revenus continuent de baisser, tandis qu‘à 25,9 %, le chômage reste à des niveaux records. Conséquence : le mouvement anti-austérité continue de gagner en puissance à travers le pays. “