Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ukraine : le témoignage d'un soldat russe arrêté en territoire séparatiste

Ukraine : le témoignage d'un soldat russe arrêté en territoire séparatiste
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Alors que les violences s’intensifient dans l’est de l’Ukraine malgré le cessez-le-feu de février, euronews a pu rencontrer un officier russe fait prisonnier, il a expliqué comment il avait été recruté pour aider les séparatistes sur le territoire ukrainien.

Vladimir Starkov a été arrêté le 25 Juillet à bord d’un camion rempli de munitions au point de contrôle de Berezove. Parti de Donetsk, il se rendait à Yasne, en territoire rebelle, mais il a perdu son chemin, et a été intercepté par une patrouille ukrainienne.

Euronews l’a rencontré dans le centre de détention de Kiev, où il est incarcéré.

Vladimir Starkov :
“Au moment de mon arrestation, j‘étais un soldat régulier des forces armées de la Fédération de Russie. Rang: Major. Affectation : Chef au service missiles et artillerie au sein de l’unité militaire de Novotcherkassk “.

Selon lui, environ 2 000 militaires russes sont déployés dans l’Est du pays. Non pas des volontaires, mais pour beaucoup, des soldats comme lui. Quand on lui a dit de se rendre dans la région russe de Rostov, il ignorait qu’il servirait dans l’Est de l’Ukraine.

Vladimir Starkov :
“On nous ont réunis et on nous a annoncé que nos positions seraient celles qu’on nous avait promis, mais que nous devions faire notre service militaire en Ukraine: dans les Républiques de Donetsk et de Lougansk. Il était interdit d’en parler à nos familles.”

Starkov était chargé du suivi des armements. Quand il a été capturé, il avait sur lui de faux papiers, et du matériel qu’il était censé livrer aux séparatistes.

Vitaly Lytvinenko, représentant des services de sécurité ukrainiens :
“De tels armements ne sont pas fabriqués en Ukraine, et on peut voir ici que c’est propriété d’une unité militaire russe”.

Après son arrestation, Starkov a voulu prévenir sa famille, mais ses appels ne passaient pas. Euronews a tenté de joindre sa femme, Larissa, sans succès non plus.

Contactés par euronews, le ministère russe de la Défense, et l’ambassade russe à Kiev ont refusé tout commentaire. La Russie affirme toujours n’avoir envoyé aucun soldat en Ukraine.

Quand deux autres militaires russes ont été arrêtés en mai dernier, Moscou a assuré qu’ils avaient déjà quitté l’armée.

Starkov est accusé de terrorisme.