EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Burkina Faso : le coup de force militaire continue

Burkina Faso : le coup de force militaire continue
Tous droits réservés 
Par Raphaele Tavernier avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après le coup d‘État mené par les militaires de la garde présidentielle, les troupes d‘élite de l’armée quadrillent la capitale Ouagadougou pour

PUBLICITÉ

Après le coup d‘État mené par les militaires de la garde présidentielle, les troupes d‘élite de l’armée quadrillent la capitale Ouagadougou pour disperser les manifestants hostiles au putsch. Tirs de sommation. La répression est violente. Il y aurait au moins trois morts et plus d’une soixantaine de blessés. Le coup de force militaire continue.

“Il est instauré un couvre-feu de 19h à 6h sur toute l‘étendue du territoire national. Les frontières terrestres et aériennes du Burkina Faso sont fermées à compter de ce jour, 17 septembre 2015, et ce, jusqu‘à nouvel ordre”, a décrété le colonel Mamadou Bamba, porte-parole du Régiment de sécurité de la présidentielle (RSP).

Ce coup d‘État intervient alors que le Burkina Faso s’acheminait vers des élections présidentielles et législatives. Il met donc un frein à l’avancée démocratique espérée dans ce pays.

Concernant le président Michel Kafando et son gouvernement, retenus en otage par les putschistes, ils devraient être relâchés ont indiqué les militaires, sans donner plus de précisions.

Après la France, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a lui aussi fermement condamné ce coup d‘État et demandé aux militaires burkinabés de “faire preuve de retenue et de respecter les droits de l’homme et la sécurité de la population”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Burkina Faso : un coup d'état à trois semaines de l'élection présidentielle

L'armée congolaise affirme avoir "déjoué un coup d'État" dimanche matin

Au Portugal, 50 ans après la révolution, les Œillets se flétrissent-ils ?