EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Rapatriement des premiers corps de pèlerins iraniens tués à La Mecque

Rapatriement des premiers corps de pèlerins iraniens tués à La Mecque
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cérémonie officielle samedi à l’aéroport de Téhéran pour l’arrivée des premiers corps de pélerins iraniens tués lors de la bousculade de La Mecque

PUBLICITÉ

Cérémonie officielle samedi à l’aéroport de Téhéran pour l’arrivée des premiers corps de pélerins iraniens tués lors de la bousculade de La Mecque qui a fait plus de 1000 morts. 464 Iraniens figurent parmi les victimes. Le rapatriement de 104 des corps, retardé de plusieurs jours, a finalement été permis après un accord avec les autorités saoudiennes sur fond de fortes tensions entre Ryad et Téhéran.
Le président Rohani réclame des comptes à l’Arabie Saoudite acusée d’incompétence et de mauvaise gestion dans l’organisation du hajj. “S’il est prouvé que des personnes sont coupables dans cet accident, nous ne pardonnerons pas”, a dit M. Rohani. “Jusque-là, nous avons utilisé le langage de la diplomatie et du respect, mais si c’est nécessaire la République islamique d’Iran utilisera le langage d’autorité.”

Vendredi, les autorités saoudiennes n’avaient toujours pas fourni de décompte par nationalité des victimes de la bousculade ayant fait selon elles au moins 769 morts le 24 septembre pendant le pèlerinage musulman à Mina, près de La Mecque.
Plusieurs pays ont cependant confirmé le nombre de leurs morts identifiés, tandis que des centaines de pèlerins sont encore portés disparus. En comptabilisant les derniers chiffres donnés par différents pays, le bilan s‘élève à 1.036 morts.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

NO COMMENT: Ebrahim Raïssi a été inhumé dans sa ville natale de Machhad

Iran : la foule se masse à Téhéran pour les funérailles d'Ebrahim Raïssi

Les mandats d'arrêt demandés par la CPI contre les dirigeants d'Israël et du Hamas font réagir