EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Birmanie : victoire historique d'Aung San Suu Kyi, le chef du parti militaire reconnaît sa défaite

Birmanie : victoire historique d'Aung San Suu Kyi, le chef du parti militaire reconnaît sa défaite
Tous droits réservés 
Par Fabien Farge avec AFP, Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après des décennies de lutte contre la junte militaire, l’opposante inlassable et Prix Nobel de la Paix touche enfin au but. Elle a sacrifié sa vie

PUBLICITÉ

Après des décennies de lutte contre la junte militaire, l’opposante inlassable et Prix Nobel de la Paix touche enfin au but. Elle a sacrifié sa vie pour cela, passant 15 ans en résidence surveillée mais incarnant de manière inlassable l’espoir d’une démocratie dans son pays.

Le porte-parole d’Aung San Suu Kyi annonce de premières estimations. “Nous gagnons avec plus de 70 % des sièges à travers le pays. Mais la commission électorale n’a pas encore annoncé les résultats”.

Effectivement, la commission électorale devrait les annoncer dans les prochaines heures.

La Ligue Nationale pour la démocratie a besoin de remporter 67 % des voix pour avoir la majorité absolue alors qu’un quart des sièges au parlement sont réservés aux militaires selon la Constitution.

L’enjeu derrière les législatives est l‘élection par le Parlement du chef de l’Etat, qui devrait avoir lieu début 2016.

Si la LND obtient la majorité au sein des deux chambres, elle pourra décider qui sera le prochain président. Aung San Suu Kyi sait d’ores et déjà qu’elle ne peut occuper cette fonction, la Constitution birmane interdisant l’accès à la fonction suprême à quiconque a des enfants de nationalité étrangère, ce qui est son cas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vague orange en Thaïlande, l'opposition pro-démocratie en quête d'une coalition

La communauté internationale condamne l'attaque de l'armée birmane

Birmanie : les opposants doivent être "combattus pour de bon" (chef de la junte)