Trump et le Mexique, l'idylle continue

Trump et le Mexique, l'idylle continue
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que les migrants mexicains sont régulièrement visés par Donal Trump dans sa campagne, Mexico intensifie ses critiques. En juillet dernier, le

PUBLICITÉ

Alors que les migrants mexicains sont régulièrement visés par Donal Trump dans sa campagne, Mexico intensifie ses critiques.

En juillet dernier, le magnat de l’immobilier les comparait notamment à des violeurs et des vendeurs de drogues.
Des propos dangereux pour les autorités mexicaines qui tentent de tirer la sonnette d’alarme.
“ Il y a eu des épisodes dans l’histoire de l’humanité où l’expression de cette réthorique stridente a mené à des épisodes dramatiques. C’est de cette manière que Mussolini et Hitler ont pris le pouvoir”, prévient le président mexicain, Enrique Pena Nieto.

Une dérive populiste incarnée par une proposition: la construction d’un mur entre les deux pays…aberrant pour certains. Trump, lui, la compare tout simplement à la grande muraille de Chine.

“La muraille fait 20000 kilomètres de long, nous avons besoin que de 1600 kilomètres. Et nous avons tout le matériel, nous pouvons faire quelque chose de beau, cela va être un mur très bien fait”, justifie Donal Trump.

Depuis 2006, une barrière existe déjà le long de la frontière, une séparation jugée trop aisément franchissable par le candidat aux primaires .
Concernant la comparaison avec l‘édifice de protection militaire chinois, notez tout de même que la longueur offcielle de la muraille varie suivant les études, entre 6200 et 21 000 kilomètres et que selon de nombreuses sources des dizaines de millions d’ouvriers sont morts en la construisant.
Une nuance dont ne s’encombre pas Donald Trump.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mexique : la caravane de migrants progresse vers les États-Unis

Mexique : deux Américains tués sur les quatre enlevés, à cause d’un "malentendu" des ravisseurs

La Cour suprême autorise Donad Trump à poursuivre sa campagne