EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Ulcérée, l'Italie réagit aux caricatures de Charlie Hebdo

Ulcérée, l'Italie réagit aux caricatures de Charlie Hebdo
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Italiens ont répondu sèchement au journal satirique après sa Une sur le tremblement de terre d'Amatrice.

PUBLICITÉ

La dernière Une de Charlie Hebdo a ulcéré les Italiens. La caricature des victimes du tremblement de terre d’Amatrice a obligé le journal satirique a publier un second dessin en guise d’excuses où Charlie s’en prend cette fois à la mafia.

Le dernier dessin de Charlie Hebdo sur le séisme en Italie provoque une vague d'indignation https://t.co/JC9kg9ZOszpic.twitter.com/RrlwmirRe1

— RTL info (@rtlinfo) 4 septembre 2016

Mais les médias italiens se sont emparés de la polémique. Et les condamnations sont tombées de toute part obligeant même l’ambassade de France à Rome à réagir.

Le prestigieux journal italien La Repubblica critique dessins publiés par Charlie Hebdo liés au tremblement de terre pic.twitter.com/tN3CAFM0IT

— Yoann Riou (@riouyoann) 3 septembre 2016

Le maire d’Amatrice n’a pas mâché ses mots.
Sergio Perozzi: “C’est une offense de plus contre tous les Italiens qui ont écrit “Je suis…”… La satire doit remuer les sentiments. Mais une satire sur une tragédie qui a blessé une nation entière, le monde entier, je pense que c’est vraiment laid.”

Le tremblement de terre d’Amatrice a fait plus de 295 morts et une quinzaine de disparus.
La publication du dessin de Charlie a pris une tournue politique en Italie : de nombreux leaders politiques ont exprimé leur mépris.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : Manifestation de Reporters sans frontières contre la venue de Xi Jinping

Russie : ouverture du procès d'un journaliste américain

L'UNESCO décerne le Prix Mondial de la liberté de la presse aux journalistes palestiniens