EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'UE est "anti-américaine" selon l'ambassadeur potentiel de Trump en Europe

L'UE est "anti-américaine" selon l'ambassadeur potentiel de Trump en Europe
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Ted Malloch, futur ambassadeur potentiel de Donald Trump auprès de l'UE, juge l'Union anti-américaine.

PUBLICITÉ

Celui qui est pressenti pour devenir le nouvel ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, Theodore Roosevelt Malloch, alias Ted Malloch, a estimé que l’UE faisait preuve d’un “anti-américanisme” flagrant dans une interview accordé à Associated Press. Il a également indiqué que le président américain Donald Trump préfère des contacts bilatéraux avec les pays européens plutôt qu’avec les instances européennes.

Au cours de cet entretien, il évoque aussi la nouvelle relation que Washington pourrait établir avec la Russie et livre son point de vue sur le Front national français : “Affirmer qu’ils sont fascistes, c’est probablement exagéré.”

“Une union qui a besoin d’un petit dressage”

Économiste, professeur d’université ou encore banquier, cet homme de 64 ans très présent dans les médias américains soutient depuis décembre 2015, Donald Trump dans lequel il voit le nouveau Roosevelt. Il est un habitué des déclarations tonitruantes. Ces derniers jours, il a affirmé sur une chaîne britannique qu’après avoir “aidé à la chute de l’Union soviétique” en tant que diplomate, “il y a peut-être une autre union qui a besoin d’un petit dressage”.

Sa nomination éventuelle fait déjà jaser : la semaine dernière, le Parlement européen a exhorté les pays membres à refuser l’accréditation de cet eurosceptique patenté.

“The EU should declare Ted Malloch ‘persona non grata’” – giannipittella</a> <a href="https://t.co/TldRZFbnYj">https://t.co/TldRZFbnYj</a></p>&mdash; S&D Group (TheProgressives) 9 février 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hommages à travers l'Europe alors que Joe Biden annonce son retrait de la course à la présidence

Le pansement, nouvelle tendance des supporters de Donald Trump

Donald Trump investi par le parti républicain