DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Caracas, les files de la faim

Vous lisez :

A Caracas, les files de la faim

A Caracas, les files de la faim
Taille du texte Aa Aa

Sur les trottoirs de Caracas, des dizaines de personnes attendent de pouvoir acheter de la nourriture : une scène quotidienne au Venezuela. Dévasté par la chute du prix du pétrole et la crise politique, le pays est devenu le plus pauvre d’Amérique Latine, d’après l’Etude sur les conditions de vie au Venezuela.

Un habitant sur deux vit dans l’extrême pauvreté. Alors que les pénuries d’aliments sont légion, l‘économie devrait encore reculer de 7% à 10% cette année.

Ici il n’y a pas de médicaments, pas de nourriture. Nous mourrons tant nous sommes dans le besoin“, peste Yaritza Chirimos, une habitante de la capitale.

Je veux dire au président Maduro d’arrêter ses mensonges, et que s’il accepte, nous lui montrerons volontiers nos maisons et ce qu’il y a dans nos frigos“, ajoute Berta Martínez, qui fait aussi la queue pour acheter des aliments.

Eduardo Salazar Uribe, correspondant d’Euronews à Caracas :
Les citoyens font de longues files chaque jour, pour obtenir des produits comme du riz, des pâtes et de la farine. La présidente de la nouvelle Assemblée constituante Delcy Rodriguez a affirmé qu’elle s’attaquerait à la crise économique, qui est selon elle le résultat d’une guerre menée depuis l‘étranger“.

Le président Maduro a annoncé trois hausses successives du salaire minimum, mais il plafonne toujours à 50 euros. Ce n’est pas assez pour s’acheter certains aliments dont le prix explose.

Environ 40% de la population mange moins de trois fois par jour. Beaucoup de Vénézuéliens ont été poussés à fouiller dans les poubelles pour se nourrir au jour le jour, on ne le voit pas seulement autour des restaurants, mais désormais également dans des quartiers de c lasse moyenne“ assure l‘économiste Alejandro Grisanti.

Malgré l’envolée des prix et les pénuries à répétition, le gouvernement socialiste garde de nombreux soutiens, jusque dans les files d’attente.

“Les riches n’aiments pas les pauvres et ils ne se batteront jamais pour nos besoins et nos priorités”, estime Yetzaida Morillo pour défendre Nicolas Maduro.

Eduardo Salazar Uribe, correspondant d’Euronews à Caracas :
Les économistes affirment que la bataille la plus difficile que le gouvernement devra mener est celle de l’inflation, qui cette année pourrait s‘élever à 1 100%“.