EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Luisa Ortega compte prouver que l'administration Maduro est corrompue

Luisa Ortega compte prouver que l'administration Maduro est corrompue
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ex procureure générale du Venezuela a assuré qu'elle livrerait ses preuves aux Etats-Unis, à la Colombie, l'Espagne et le Brésil.

PUBLICITÉ

C’est une contre-attaque en règle. L’ex procureure générale du Venezuela Luisa Ortega, accusée de corruption par le pouvoir, a affirmé que le président Maduro et ses proches avaient reçu des millions de dollars de pots de vin de la part du géant brésilien de la construction Odebrecht.

Luisa Ortega a assuré depuis Brasilia qu’elle livrerait ses preuves aux Etats-Unis, à la Colombie, l’Espagne, et le Brésil.

Ce qui se passe au Venezuela, c’est la mort du droit. La stabilité de la région est en danger“, a déclaré l’ancienne chaviste devenue dissidente. “Ce qui m’arrive est une conséquence des dénonciations que j’ai faites, surtout car je me suis attaqué à la corruption“.

En Brasil, con los fiscales generales del Mercosur compartiendo información importante que involucra al gobierno venezolano con Odebrecht pic.twitter.com/wJJ6VTEml6

— Luisa Ortega Díaz (@lortegadiaz) 23 août 2017

L’appartement de Luisa Ortega avait été perquisitionné par les renseignements vénézuéliens la semaine dernière, peu après qu’elle a été démise de ses fonctions par la nouvelle Assemblée constitiuante. Elle a fui le Venezuela pour échapper aux poursuites.

Elle a précisé qu’elle resterait “quelques jours” au Brésil avant de retourner en Colombie, où elle a la protection du gouvernement.

La fiscal Luisa Ortega se encuentra bajo protección del gobierno colombiano. Si pide asilo se lo otorgaremos.

— Juan Manuel Santos (@JuanManSantos) 21 août 2017

Le président socialiste Nicolas Maduro a pour sa part confirmé qu’il lancerait un mandat d’arrêt international contre Luisa Ortega et son mari, le député d’opposition German Ferrer.

Partager cet articleDiscussion