Terrorisme : un labo clandestin d'explosifs découvert à Villejuif

Terrorisme : un labo clandestin d'explosifs découvert à Villejuif
Tous droits réservés 
Par Joël Chatreau
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

La présence d’esprit d’un plombier a sans doute évité la préparation d’une nouvelle attaque terroriste en France. Des bonbonnes de gaz, du fil électrique et de l’acétone, c’est à dire de quoi fabriquer des explosifs, ont notamment été découverts par la police ce mercredi dans un appartement de Villejuif, dans le département du Val-de-Marne. Deux personnes ont ensuite été interpellées.

Selon la radio privée RTL, c’est une banale fuite d’eau dans un immeuble qui a tout déclenché. L’artisan qui devait intervenir a aperçu les produits suspects et a alerté les forces de sécurité, qui ont fouillé les lieux en fin de matinée. Le logement était vide à ce moment là, il a été passé au peigne fin par une équipe de démineurs de la préfecture de police de Paris.

Kremlin-Bicetre : Opération de police en cours, 2 interpellations à moins de 1KM du domicile de Villejuif. Déminage sur cours. pic.twitter.com/fzo0VdVoph

— Remy Buisine (@RemyBuisine) 6 septembre 2017

Deux hommes en garde à vue

Des feuilles écrites en arabe ont également été trouvées sur place. En début d’après-midi, deux hommes âgés de 36 et 47 ans ont été interpellés par des policiers dans une commune voisine, Le Kremlin-Bicêtre, puis placés en garde à vue. Selon des sources policières, l’un d’entre eux est le propriétaire de l’appartement perquisitionné.

#VILLEJUIF L’un des deux hommes serait agent hospitalier au Kremlin-Bicêtre, selon une so… https://t.co/wheeuBHjkk via franceinfo</a></p>— Valerie Kowal (valeriekowal) September 6, 2017

#terrorisme Villejuif 2 h en #Gav. 3 #perquisitions en cours. Du matos retrouvé. Un vrai petit labo mais pas d #explosifs constitués. pic.twitter.com/P0XwvY6VJ7

— Frederic Helbert (@FredericHelbert) September 6, 2017

L’acétone est l’un des composants chimiques du puissant explosif TATP, prisé par le groupe Etat islamique; ses jihadistes le surnomment “La mère de Satan”. Une enquête a été ouverte pour “association terroriste criminelle de malfaiteurs”. La section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris et les services de renseignements intérieurs de la DGSI ont été saisis de cette enquête.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements

Journée “prisons mortes” en France suite à l'attaque d'un fourgon pénitentiaire

No Comment : 79e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe