DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans la Ghouta orientale, l'impossible trêve humanitaire

Vous lisez:

Dans la Ghouta orientale, l'impossible trêve humanitaire

Dans la Ghouta orientale, l'impossible trêve humanitaire
Taille du texte Aa Aa

Dans les décombres de la Ghouta orientale, ils risquent leur vie pour sauver celle des autres.

Les Casques blancs, des unités de civils, fouillent les ruines à la recherche de survivants, et espère l’aide de la communauté internationale pour faire cesser les massacres:

"En réalité, nous espérons tout simplement que les autres pays vont pouvoir faire quelque chose pour stopper ce génocide. C’est un nouveau Srebrenica, et il faut mettre un terme à ces massacres perpétrés par le régime et soutenus par les Russes", commente Firas Darwish, membre des Casques blancs.

Face aux accusations, la Russie a proposé d’évacuer les combattants rebelles de la Ghouta : une proposition restée lettre morte, alors que les habitants de cette banlieue de Damas vivent, depuis dimanche, leurs pires bombardements depuis le début du conflit syrien.

Devant l’ampleur des dégâts, les pressions internationales se sont renforcées dernièrement sur le Conseil de sécurité de l’ONU pour voter un cessez-le-feu d’un mois en Syrie.

Un projet de résolution qui n’a pas abouti, a annoncé la Russie ce jeudi.