DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gazoduc TAPI prend forme en Asie centrale

Vous lisez :

Le gazoduc TAPI prend forme en Asie centrale

Le gazoduc TAPI prend forme en Asie centrale
Taille du texte Aa Aa

Dans cette édition de Target, nous sommes au Turkménistan pour suivre l’avancée du futur gazoduc TAPI qui partira de la région turkmène de Galkynysh et desservira l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde. Ce projet modifie profondément la carte de l’approvisionnement énergétique en Asie centrale.

C’est un projet majeur pour l’Asie centrale, en discussion depuis une vingtaine d’années, et il vient de connaître une avancée importante. Dans la région de Serhetabat au Turkménistan, les officiels turkmène, afghan, pakistanais et indien ont entériné fin février, la fin de la construction de la tranche turkmène du gazoduc TAPI, un nom formé à partir des initiales des pays qu’il traversera : le Turkménistan, puis l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde.

“Depuis 2015, nous avons beaucoup travaillé pour atteindre la phase actuelle du projet, précise Muhammetmyrat Amanov, le PDG de la société du gazoduc TAPI. Nous avons achevé la construction au Turkménistan et maintenant, nous lançons les travaux en Afghanistan, poursuit-il, nous prévoyons une fin de réalisation et une mise en service du gazoduc vers la fin 2019.”

Questions de sécurité

Estimé à dix milliards de dollars et d’une capacité de 33 milliards de m³ par an, le gazoduc s‘étendra sur 1800 km et passera donc par l’Afghanistan, un pays en proie au terrorisme. Ce qui suscite l’inquiétude des nations participantes. Les Talibans ont déclaré vouloir détruire le TAPI. Mais les autorités afghanes se veulent rassurantes.

“L’Afghanistan est bien sûr, un pays où il y a une grande insécurité, mais en même temps, les mesures sont prises au niveau du gouvernement afghan pour assurer la sécurité du gazoduc, affirme Nargis Nehan, ministre afghane en charge des mines et du pétrole. Nous sommes conscients des risques, mais nous comprenons aussi que c’est un projet particulièrement important : le gouvernement afghan et les Afghans eux-mêmes feront tout leur possible pour protéger le gazoduc,” insiste-t-elle.

Développement économique

Au niveau du village de Fazilka, le gazoduc reliera les deux frères ennemis de la région : l’Inde et le Pakistan qui recevront chacun, près de 40 millions de m³ de gaz naturel par jour. Ce sera 14 millions de m³ journaliers pour l’Afghanistan.

“Le Turkménistan dispose depuis toujours, de riches gisements, mais le transport du gaz vers d’autres pays s’avérait difficile, fait remarquer notre reporter Apostolos Staikos. Le projet TAPI arrive à point nommé pour renforcer les économies d’Asie centrale, développer la coopération et contribuer à la suffisance énergétique des quatre pays impliqués,” dit-il.

De nombreuses délégations officielles internationales ont assisté à la cérémonie. Illustration du rôle fondamental de cet ouvrage dans la prospérité future des pays partenaires.

“L’Afghanistan a besoin de stabilité économique pour créer de la stabilité politique, la population a besoin de générer des recettes et des revenus, de créer des industries, de l’activité, ce gazoduc va répondre aux besoins de l’Afghanistan, estime le ministre de l‘économie des Emirats arabes unis, Sultan Bin Saïd Al Mansouri. Et au final, il desservira aussi le Pakistan et l’Inde, ajoute-t-il avant de conclure : La mise en contact de ces quatre pays rendra aussi possible, un échange de connaissances et de savoir-faire et des investissements entre tous ces pays.”