Attentats de l'Aude : la compagne du tueur mise en examen

Attentats de l'Aude : la compagne du tueur mise en examen
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La jeune femme de 18 ans, fichée S, a été inculpée pour "association de malfaiteurs terroristes".

PUBLICITÉ

Quatre jours après les attentats dans l'Aude, en France, la dépouille d'Arnaud Beltrame est arrivée à Paris. Un hommage national sera rendu au gendarme qui s'est fait otage au prix de sa vie dans le supermarché de Trèbes, ce mercredi en présence d'Emmanuel Macron.

L'Assemblée nationale a par ailleurs observé ce mardi une minute de silence en hommage aux victimes des attaques de Trèbes et Carcassonne. Le Premier ministre Edouard Philippe a pris la parole pour répondre au Front National et aux Républicains, qui ont réclamé ces derniers jours l'expulsion des fichés S étrangers.

"Oui, il faut expulser les étrangers qui menacent gravement l'ordre public et le ministère de l'Intérieur le fait régulièrement. Depuis 2015, 48 étrangers liés aux mouvances terroriste ou islamistes ont été expulsés et 361 interdictions administratives du territoire ont été prononcées", a déclaré le chef du gouvernement.

Première mise en examen

Dans le même temps, l'enquête se poursuit. Après quatre jours de garde à vue, la compagne de Redouane Lakdim a été présentée à un juge d'instruction, qui a décidé de sa mise en examen pour "association de malfaiteurs terroristes" et de son placement en détention provisoire. Le mineur qui était aussi interrogé a été libéré.

D'après RTL, le tueur de l'Aude, Redouane Lakdim qui était fiché S, avait été reçu ces derniers jours une lettre de convocation émanant des services de renseignement de la DGSI, ce qui aurait pu précipiter son passage à l'acte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France rend un hommage national au colonel Arnaud Beltrame

Attentat dans l'Aude : la minute de silence des députés français

Terrorisme en France : qui est fiché "S", pourquoi, comment ?