Israël : 42 000 migrants soulagés, mais inquiets

Israël : 42 000 migrants soulagés, mais inquiets
Par Sandrine Delorme avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gouvernement israélien a abandonné son plan controversé d'expulsion de migrants africains entrés illégalement, faute d'avoir trouvé un pays acceptant de les accueillir. Mais Benjamin Netanyahou ne va pas en rester là.

PUBLICITÉ

Marche arrière toute, le gouvernement israélien a abandonné son plan controversé d'expulsion de migrants africains entrés illégalement en Israël, et ce faute d'avoir trouvé un pays acceptant de les accueillir. Un soulagement pour les 42 000 migrants d'origine érythréenne et soudanaise visés par ce plan d'expulsion car le statut de réfugiés leur avait été refusé.

Selon le plan du gouvernement, les migrants se voyaient proposer de partir de leur propre chef avec une somme de 3 500 dollars (environ 2 800 euros), sous peine d'être arrêtés et détenus jusqu'à ce qu'ils acceptent de quitter le pays.

Ce plan d'expulsion avait suscité de nombreuses critiques, notamment de la part du Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU, mais aussi de survivants de la Shoah et d'une partie de la société civile en Israël.

Ces migrants sont arrivés majoritairement après 2007, à partir du Sinaï égyptien. La frontière, à l'époque poreuse avec l'Egypte, a depuis été rendue quasiment hermétique. Ils se sont installés en nombre dans des quartiers pauvres de Tel-Aviv, la capitale économique du pays.

Amnesty International s'est félicité de cette annonce, mais reste inquiète pour l'avenir de ces migrants.

En effet, Benjamin Netanyahou a annoncé s'être mis d'accord avec le ministre de l'Intérieur Arié Dery "pour s'organiser immédiatement en vue de rouvrir les centres de détention pour les infiltrés" et de mettre en place des "moyens supplémentaires pour trouver une solution à ce problème" des migrants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Migrants : le volte-face de Nétanyahou

Ramadan : les musulmans fêtent l'Aïd al-Fitr

Le Parlement albanais approuve un accord controversé sur les migrants avec l'Italie