DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

De plus en plus de femmes s'engagent chez les pompiers au Kenya

Vous lisez:

De plus en plus de femmes s'engagent chez les pompiers au Kenya

De plus en plus de femmes s'engagent chez les pompiers au Kenya
Taille du texte Aa Aa

C'est vraiment préoccupant pour les autorités du Kenya. Dans ce pays africain de 50 millions d'habitants, il n'y a pas plus de 900 pompiers.

Wojciech Wilk, Directeur général du Centre polonais d'aide internationale :

“Il y a quelques années, les camions des pompiers kényans avaient des grilles sur leurs fenêtres. Car comme ils arrivaient très souvent en retard sur les lieux, les gens étaient en colère et jetaient des pierres sur leurs véhicules”.

Maintenant, les camions n'ont plus de grilles et les pompiers du Kenya sont considérés comme des héros dans leurs zones d’intervention. Grâce au soutien financier du ministère polonais des Affaires étrangères, les instructeurs du Centre polonais d'aide internationale ont déjà formé environ 40% des pompiers du pays.

Witold Nocoń, instructeur du Centre d’aide :

“Nous mettons l'accent sur les compétences de base des pompiers. Avec ces compétences, vous pouvez construire des techniques de sauvetage avancées, mais sans ces compétences, il ne peut pas y avoir de bonnes techniques de lutte contre les incendies”.

De plus en plus de femmes s'engagent

Les femmes viennent à la rescousse des hommes au Kenya puisque chaque année, de plus en plus d’entre elles décident de devenir pompiers.

Pour Zipporah Nganga, c'est le premier entraînement de sa vie :

“Pompier est un bon travail si vous le faites avec votre cœur. Je suis passionnée et j'aime aider les autres”.

Pour les femmes kényanes, être pompier est un défi sérieux, et pas seulement physique.

Susan Wanjiru Chengecha, Officier de la brigade de pompiers du comté de Kiambu :

“Quand je laisse mon mari, il est très compréhensif, ce qui est utile. Mes enfants aussi sont toujours prêts à me soutenir”.

L'acceptation de ce travail au foyer permet effectivement à certaines femmes pompiers de monter en grade.

Aujourd'hui, Winfred Wangui Gichuri forme même des collègues :

“Comme vous avez la passion, comme vous aimez votre travail et vous voulez vous assurer que votre communauté est en sécurité, alors vous vous sacrifiez”.

Rose Kinyua, sapeur-pompier :

“Ce qu'un homme peut faire, une femme peut le faire encore mieux !”.

Un pompier kényan gagne seulement l’équivalent de 200 dollars par mois. Mais la passion compense ! Et les femmes sont de plus en plus disposées à devenir pompiers, pour elles-mêmes mais aussi pour leurs communautés.

Reportage de Leszek Kabłak, pour Euronews à Kiambu, au Kenya.