DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Michaël Blanc est arrivé en France

Vous lisez :

Michaël Blanc est arrivé en France

Michaël Blanc à son retour d'Indonésie
Taille du texte Aa Aa

Le Français Michaël Blanc a atterri dimanche matin à Genève après avoir passé près de la moitié de sa vie retenu en Indonésie, géant d'Asie du Sud-Est aux lois antidrogues parmi les plus strictes au monde, pour une affaire de trafic de haschisch.

Il a été conduit par ses proches dans un endroit tenu secret où il passera quelques jours. Après des années de combat, son oncle, très investi dans sa libération apprécie tout particulièrement ce moment.

« De la joie, de l’émotion, et puis je ne dirais pas une satisfaction, parce que la satisfaction était de ramener tout de suite à Michaël. Mais bon, ou moins on a pu le ramener. J’espère. (Rires)», s'exclame Alfredo Descalzi.

Le retour à la vie presque normale devrait prendre tout de même du temps, car Michaël Blanc a passé près de la moitié de son existence retenu en Indonésie. En décembre 1999, âgé de 26 ans, il y est arrêté en possession de près de 4 kilos de haschisch caché dans des bouteilles de plongée et est condamné à la prison à vie.

Tout au long de ces années, sa mère, Hélène Le Touzey, s'est battue pour son retour. Elle avait ainsi déménagé en Indonésie afin de pouvoir lui rendre visite et faire pression sur les autorités.

"Si je n'avais pas été là, il ne serait plus là. Un moment, il m'avait demandé de partir pour pouvoir en finir avec la vie. Il me disait que je n'arriverais jamais à avoir sa libération", avait-elle confié.

Après avoir obtenu une libération conditionnelle, il était sorti de prison en 2014 mais sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter l'Indonésie avant ce samedi 21 juillet.

Le Français a été expulsé du pays comme le prévoit la législation indonésienne pour tous les étrangers une fois qu'ils ont purgé leur peine.

La lourdeur de sa condamnation avait été vivement critiquée en France, où la médiatisation de sa situation a déclenché une importante mobilisation, avec des pétitions signées par des personnalités et de nombreux anonymes.

Deux autres français sont toujours emprisonnés dans le pays pour trafic de drogue. Gérard Debetz, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, et Serge Atlaoui, condamné à mort en 2007.