EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un chrétien évangélique à la tête de l'Australie

Un chrétien évangélique à la tête de l'Australie
Tous droits réservés  REUTERS/David Grayhttp://mediaexpress.reuters.com/all?id=tag%3Areuters.com%2C2018%3Anewsml_RC1D33876070%3A1365930503
Tous droits réservés  REUTERS/David Gray
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ministre des Finances depuis septembre 2015, Scott Morrison, chrétien évangélique de 50 ans, a été désigné comme successeur du Premier ministre Malcolm Turnbull, dont il est l'allié, à la faveur du "putsch".

PUBLICITÉ

L'Australie s'est choisie vendredi un nouveau Premier ministre, le septième en 11 ans, en la personne du ministre des Finances Scott Morrison qui a été désigné pour succéder à Malcolm Turnbull au terme d'un "putsch" interne à leur parti.

La position de M. Turnbull, qui avait lui même renversé son prédécesseur Tony Abbott en septembre 2015, était devenue ces derniers jours de plus en plus précaire en raison d'une fronde menée par l'aile droite de son Parti libéral (centre-droit), qui est distancé dans les sondages par les travaillistes à moins d'un an des élections nationales.

La zizanie au sein du Parti libéral était apparue au grand jour lundi lorsque le Premier ministre, considéré comme un modéré au sein du parti, avait été contraint, faute de soutien dans son camp, de renoncer à son projet d'inscrire dans la loi l'objectif de l'Australie en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

M. Morrison, un chrétien évangélique fervent âgé de 50 ans, était depuis septembre 2015 à la tête du Trésor australien, une position qui est souvent considérée comme un marchepied vers le poste de Premier ministre, et que M. Turnbull occupait aussi avant de renverser M. Abbott.

Mais M. Morrison, qui est classé comme plus à droite que son prédécesseur modéré, est surtout connu pour son action à la tête du ministère de l'Immigration, en 2013-2014, quand il avait lancé l'"Opération Frontières souveraines" pour décourager les réfugiés d'arriver par la mer en Australie.

Avec agence

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un Premier ministre australien anti-migrants ?

No Comment. Le premier ministre chinois chez les pandas géants prêtés par la Chine à l'Australie

Attaque au couteau "terroriste" dans une église de Sidney