DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Barbaros Sansal: "J'ai besoin de m'éloigner un moment de la Turquie"

Vous lisez:

Barbaros Sansal: "J'ai besoin de m'éloigner un moment de la Turquie"

Barbaros Sansal: "J'ai besoin de m'éloigner un moment de la Turquie"
Taille du texte Aa Aa

La situation qui perdure en Turquie depuis la tentative de coup d'État en 2016 a conduit de nombreux intellectuels et de riches entrepreneurs à quitter le pays. Parmi eux, le couturier et activiste LGBT Barbaros Sansal, emprisonné pendant 56 jours en 2017 pour avoir posté une vidéo critique sur les réseaux sociaux. Il y reprochait à la population turque de célébrer le Nouvel an alors qu'un grand nombre de journalistes se faisaient arrêter.

Pendant les deux années qui ont suivi la tentative de coup d'Etat, les autorités turques ont mené de vastes purges dans le pays pour identifier les putschistes présumés.

"Les médias pro-gouvernementaux m'ont beaucoup critiqué. J'ai été insulté par ces médias et sur les réseaux sociaux aussi. Je reçois tout le temps des injures et des menaces.", explique ce Turque de 59 ans, qui a notamment travaillé pour Helmut Kohl ou la première dame du Congo-Brazaville.

Barbaros Sansal vit aujourd'hui temporairement en Belgique: "Toutes ces phobies me rongent. J'ai besoin de m'éloigner de mon pays un moment, comme je l'ai fait en 1980 pendant 9 ans. Je dois m'éloigner.", confie-t-il a Euronews. Mais la communauté turque de Bruxelles est divisée à son sujet : pour les uns, il est "un traitre à la nation", pour les autres, il a tout simplement servi au gouvernement turque à transmettre un message à toute la société.

Le président Recep Tayyip Erdogan a depuis été réélu en juin 2018 et l'état d'urgence a été levé, en Turquie, en juillet.