DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Démission surprise de Nikki Haley, "amie" de Trump

Vous lisez:

Démission surprise de Nikki Haley, "amie" de Trump

Démission surprise de Nikki Haley, "amie" de Trump
Taille du texte Aa Aa

L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Nikki Haley, vient de présenter sa démission au président américain Donald Trump. Son poste équivaut à celui d'un ministre au sein du gouvernement. L'ambassadrice et le président ont eu un entretien dans le bureau ovale de la Maison Blanche à l'issu duquel Donald Trump a confirmé la démission surprise de Nikky Haley.

A 46 ans, elle était l'un des membres les plus populaires de l'administration républicaine. Elle a porté une ligne dure notamment contre la Corée du Nord et l'Iran. Le président américain n'a pas tari d'éloges sur celle qu'il appelle son "amie" et dont il n'hésite pas à dire qu'elle fut "très spéciale pour lui".

"_Elle a fait un travail fantastique et nous avons fait un travail fantastique ensemble, nous avons résolu de nombreux problèmes et nous sommes dans un processus pour en résoudre encore plein. Au début, le sujet de la Corée du Nord était un problème de taille et maintenant ça avance, ça avance très bien. Je peux parler pour le secrétaire d'Etat Mike Pompéo, il est le penseur du monde de Nikki. Nous sommes tous heureux pour vous dans un sens mais on déteste vous perdre j'espère que vous reviendrez un jour peut-être dans des fonctions différentes, vous avez le droit de choisi_r", a déclaré Donald Trump.

Ce à quoi NIkky Haley a répondu : "Ça a été l'honneur de ma vie et je le dis pour tous ceux qui vont me parler de 2020 je ne suis pas candidate à l'élection présidentielle. Je peux vous promettre que ce qie je ferai c'est soutenir celui là". Elle a ainsi coupé court à de nombreuses rumeurs à ce sujet.

La décision de cette ambitieuse femme politique, fait suite à de nombreuses démissions et limogeages dans l'entourage du président depuis son arrivée au pouvoir début 2017. L'équipe diplomatique initiale aura ainsi été totalement remodelée, avec l'arrivée au printemps de Mike Pompeo comme secrétaire d'Etat et de John Bolton comme conseiller à la sécurité nationale.