DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La maison de demain sera totalement connectée

Vous lisez :

La maison de demain sera totalement connectée

La maison de demain sera totalement connectée
Taille du texte Aa Aa

Dans cette édition de Futuris, nous découvrons aux Pays-Bas, un laboratoire de test destiné aux fabricants européens d'appareils intelligents qui a pour but d'encourager l'innovation et la mise en place grâce à des normes communes, d'une maison totalement connectée.

Aux côtés de notre reporter Julián López Gómez, nous découvrons dans un bâtiment implanté dans la ville de Petten, une cuisine qui semble tout-à-fait classique. "Il s'agit en réalité d'un laboratoire hyper-connecté conçu pour évaluer comment faire communiquer entre eux, les dizaines d'appareils intelligents qui équiperont nos maisons intelligentes de demain," explique notre journaliste qui s'interroge : "De quelle manière procéder et dans quelle mesure est-ce possible ? Quant aux consommateurs européens, peuvent-ils bénéficier des recherches effectuées ici ?"

Des thermostats et des appareils électroménagers comme des éclairages et des machines à café activés via des applications mobiles ou des commandes vocales... La maison de demain est déjà une réalité. Mais il manque une plateforme commune grâce à laquelle tous ces systèmes seraient capables de communiquer entre eux. Et c'est loin d'être simple.

"Besoin d'un langage commun"

"Dans l'avenir," souligne Ioulia Papaioannou, ingénieure électrique au Centre commun de recherche européen (JRC) qui a développé ces installations de test, "nos maisons seront équipées d'appareils intelligents : des lave-vaisselles, des fours, des chargeurs pour voiture électrique qui seront tous intelligents. Ils généreront des données et communiqueront entre eux. Et pour ce faire, on a besoin d'un langage commun pour gérer toutes ces données et améliorer les différentes fonctions que ces machines peuvent assurer," souligne-t-elle.

Ce laboratoire fournit les outils adéquats pour analyser l'interopérabilité de tous les appareils intelligents de la maison connectée. Une initiative qui contribue à encourager l'adoption d'une méthodologie de test commune, mais pas seulement.

"En recueillant les données de test des appareils intelligents des différents fabricants, nous pourrons créer une base de données que nous pourrons utiliser pour identifier d'éventuels problèmes de normes ou toute autre élément problématique dans les performances des appareils," fait remarquer Antonios Marinopoulos, ingénieur électrique au JRC. "Donc nous pourrons proposer aux fabricants, d'éventuelles solutions, de nouvelles pistes pour qu'ils puissent améliorer leurs produits," affirme-t-il.

Consommation et production d'énergie

La maison du futur est vue par ces scientifiques comme un écosystème intelligent où des unités de production électriques se connecteront à des systèmes d'énergie renouvelables, où les voitures électriques auront des batteries intelligentes et où les résidents consommeront et produiront de l'énergie.

Ce laboratoire se devait donc d'intégrer des lieux de stockage d'énergie spécifiques. "Dans ce grand conteneur de batteries," nous montre Catalin Felix Covrig, ingénieur électrique au JRC, "de nombreuses boîtes sont entreposées : chacune est capable d'alimenter une maison entière en électricité. Dans ces boîtes, on trouve des batteries lithium-ion ; de nombreuses technologies différentes existent, mais ici, nous utilisons ces batteries lithium-ion qui sont un peu plus réactives et un peu plus rapides : c'est l'avenir !" estime-t-il.

Marché plus ouvert

À terme, les utilisateurs devraient tirer profit de ces recherches puisque le travail de ces scientifiques contribue à stimuler l'innovation du côté des fabricants, mais aussi à créer un marché plus ouvert où les droits des consommateurs seront mieux protégés.

"Nous devrions avoir la possibilité d'acheter un appareil dans n'importe quel magasin en étant sûrs qu'il fonctionnera avec ce que nous avons déjà à la maison," indique Catalin Felix Covrig. "Et nous ne pourrons le faire qu'en nous appuyant sur des normes ouvertes et sur une information claire donnée par le fabricant au consommateur," conclut-il.

Ces chercheurs estiment également que leur projet participera à la mise en place de politiques européennes qui visent à numériser la consommation d'énergie.

Plus de futuris