Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ovation pour "Attila" pour l'ouverture de la saison à la Scala de Milan

Ovation pour "Attila" pour l'ouverture de la saison à la Scala de Milan
Taille du texte Aa Aa

Cette fois, les manifestations qui entourent habituellement l'ouverture de la saison à la Scala de Milan n'ont pas éclipsé la représentation. Une version grandiose d'"Attila", de Giuseppe Verdi, ovationnée par le public. Attila est interprété par le basse russe Ildar Abdrazakov. Odabella est elle incarnée par la soprano espagnole Saioa Hernandez, qui pour signifier son extrême émotion devant la réaction du public et sa présence à Milan, a baisé la scène.

"Sans quatre chanteurs de cette catégorie, Attila n'aurait pas pu se faire. Et je l'ai dit : Ildar Abdrazakov qui a chanté cet opéra dans le monde entier, devait être notre interprète principal" souligne Riccardo Chailly, directeur musical de la Scala.

"L'opéra c'est la somme de tous les arts en même temps, cela signifie notre culture, donc célébrer tous les arts signifie célébrer notre culture, créer la mémoire et l'identité. Nous devons nous rendre compte de la valeur que nous avons avec tous les opéras en Italie, tous les théâtres, les musées. Nous ne devons pas perdre cette occasion extraordinaire car sinon si nous allons encore nous retrouver dans le monde Wikipedia, je ne sais où nous serons demain" explique Davide Livermore, le metteur en scène.

Pour ce moment clé de la scène lyrique mondiale, les artistes ont été applaudis pendant 13 minutes.

Le président italien, Sergio Mattarella, considéré comme le garant des institutions, a été chaudement applaudi pendant cinq minutes avant le début de la représentation, un geste analysé comme un signe de soutien alors que le pays est aujourd'hui dirigé par une coalition populiste.

"La culture et la musique sont le dernier rempart de la démocratie", a déclaré le président.

avec AFP