Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Ligue du lol" : comment lutter contre le harcèlement en ligne ?

"Ligue du lol" : comment lutter contre le harcèlement en ligne ?
Taille du texte Aa Aa

L'affaire a mis plusieurs années a être rendue publique. Après le mouvement #Metoo, le nouveau scandale de "la ligue du lol" montre à quel point les comportements misogynes ont été banalisés pendant longtemps. Pour les jeunes femmes harcelés, il est toujours très compliqué de savoir comment réagir.

Natacha Quester-Séméon est porte-parole de #JamaisSansElles, une association qui milite pour la représentation des femmes dans la sphère publique. "La question du harcèlement en général dans le milieu professionnel ou dans le milieu du journalisme et de la communication est délicate, puisqu'on a à faire à des personnes qui sont en position des décideurs ou des employeurs. (...) Tout ça fait qu'il est très difficile de s'exprimer aujourd'hui. Comme dans tout milieu professionnel, quand vous prenez la parole et que les agresseurs ou les personnes qui vont ont dénigré ont des postes à responsabilité, il est extrêmement difficile de parler".

Selon elle, il faut désormais réfléchir aux solutions. Changer les mentalités, mettre des femmes aux postes à responsabilités mais aussi agir sur les géants de l'internet eux mêmes.

"Très souvent dans les affaires de racisme, antisémitisme, sexisme, homophobie...les plateformes ne ferment pas nécessairement les comptes derrière. Donc voilà ce sont eux qui ont les clés", explique celle qui a été l'une des premières utilisatrices françaises de Twitter. "Nous avons vraiment besoin de la puissance des gouvernements pour que les états puissent discuter avec les plateformes et essayer qu'on aille dans bon sens".

D'après la Commission européenne, la politique de modération de Twitter ou Facebook serait tout de même plus efficace aujourd'hui. En 2018, près de 90% des propos haineux signalés en ligne ont été évalués en 24 heures. Sans pour autant avoir là une garantie d'efficacité.