EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'armée française abat un pilier du djihadisme au Mali, le chef d'Aqmi

Photo force Barkhane au Mali : le chef du groupe islamiste Aqmi abattu.
Photo force Barkhane au Mali : le chef du groupe islamiste Aqmi abattu.
Tous droits réservés 
Par Joël Chatreau
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est un pilier du djihadisme au Sahel que la force française Barkhane a fait tomber. Djamel Okacha, le chef du groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique, a été tué, avec dix autres islamistes, près de la ville malienne de Tombouctou. La France le traquait depuis des années.

PUBLICITÉ

La ténacité des militaires français basés au Mali a fini par payer. Traqué depuis des années, Djamel Okacha, l'un des plus puissants chefs des groupes islamistes qui sévissent au Sahel, n'a pas réussi à s'en sortir cette fois. Il a été tué, ainsi que deux de ses principaux lieutenants et huit autres activistes, lors d'une opération menée par la force Barkhane. C'est "un coup très dur pour les groupes terroristes agissant au Sahel", a commenté la ministre française des Armées, Florence Parly.

Un curriculum vitae de terroriste islamiste confirmé

Okacha, de son nom de combattant "Yahya Abou El Hamame", était un baroudeur du djihadisme. Algérien, il a d'abord été formé sur place dans les rangs du GIA. Puis il est entré dans une organisation salafiste qui est devenue finalement l'Aqmi, Al-Qaïda au Maghreb islamique; il en a pris la tête en 2013. Ces dernières années, il avait encore augmenté son pouvoir de nuisance en devenant également le numéro deux du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, un regroupement de plusieurs mouvements islamistes commandé par Iyad Ag Ghaly, un touareg malien.

C'est jeudi dans l'après-midi que l'armée française a repéré "Yahya Abou El Hamame" dans un convoi de trois véhicules qui circulait au nord de la ville de Tombouctou. Des commandos motorisés de Barkhane, appuyés par cinq hélicoptères de combat et un drone, ont été envoyés à la poursuite des islamistes. Ces derniers ont ouvert le feu avant d'être interceptés, a expliqué l'état-major, des hélicoptères ont alors riposté et abattu les 11 hommes qui étaient à bord de pickup.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mali : treize militaires français tués dans la collision de deux hélicoptères

Un massacre fait une centaine de morts au Mali

Sous pression de Bamako, l'ONU sonne le glas de sa mission au Mali