EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Au large de Lampedusa, 64 migrants attendent un pays d'accueil

Au large de Lampedusa, 64 migrants attendent un pays d'accueil
Tous droits réservés 
Par Olivier Schneid avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au large de l'île italienne de Lampedusa, 64 migrants attendent sur un bateau humanitaire de l'ONG allemande Sea-Eye qu'un pays accepte de les accueillir. Ils ont refusé la proposition de l'Italie de ne recevoir que les deux enfants, leurs mères et une femme enceinte.

PUBLICITÉ

Secourus mercredi par l'ONG allemande Sea-Eye alors qu'ils se trouvaient sur une embarcation de fortune au large de la Libye, 64 migrants attendent depuis, à bord du bateau humanitaire Alan Kurdi, dans les eaux internationales, au large de Lampedusa (Italie), qu'un pays accepte de les accueillir.

"Les femmes et les enfants refusent de descendre du bateau, alors, il n'y a plus qu'à leur souhaiter un bon voyage vers Berlin."
Matteo Salvini
Ministre italien de l'Intérieur

Vendredi 5 avril 2019, l'Italie avait accepté d'en accueillir cinq, les deux enfants, âgés d'un et six ans, et leurs mères, ainsi qu'une femme enceinte. Les migrants n'ont pas voulu. "Les femmes et les enfants refusent de descendre du bateau, alors, il n'y a plus qu'à leur souhaiter un bon voyage vers Berlin", a commenté le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini.

"Je veux donner une vie heureuse à mon enfant. Je n'ai pas pu grandir avec ma famille. Alors, je sais ce que cela signifie d'être ensemble."
Isaac
Un migrant à bord du Alan Kurdi

"Je veux donner une vie heureuse à mon enfant, a expliqué l'un des migrants à bord, prénommé Isaac. Avoir sa mère avec moi, c'est le bonheur. Je n'ai pas pu grandir avec ma famille. Alors, je sais ce que cela signifie d'être ensemble. Et ils seront toujours avec moi."

Le gouvernement allemand s'est déclaré prêt à accueillir une partie des 64 migrants. Une cinquantaine de villes allemandes en ont fait de même.

En attendant, le Alan Kurdi poursuit son périple. L'ONG Sea-Eye redoute que ses réserves en eau potable et en vivres s'épuisent si la situation actuelle perdure.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les migrants bloqués sur le navire de l'ONG Sea-Eye seront répartis en Europe

Salvini peut-il nuire à Meloni en s’alliant avec les Patriotes pour l'Europe d’Orban ?

Chypre peut-elle faire face à l'afflux ininterrompu de migrants?