Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le sport, un business florissant à Dubaï

Le sport, un business florissant à Dubaï
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A Dubaï l’industrie du sport est l’un des secteurs les plus florissants de l’économie. On y trouve désormais plusieurs centaines d’écoles et de clubs destinés aux jeunes sportifs et encadrés par des entraîneurs de renommée mondiale.

Grâce à des entraînements rigoureux, ces clubs aident les étoiles montantes du sport à atteindre leurs objectifs. L’ancien joueur d’Arsenal, Ian Selley, est entraîneur à l’école de foot Arsenal de Dubaï.

"Le football est un sport d’équipe, raconte-t-il. Le niveau ici est très, très élevé. Il ne s'agit pas uniquement de gagner, mais c’est important que les enfants qui entrent à l'école travaillent dur et s'entraînent."

L’école a ouvert ses portes en 2009. Depuis, elle a accueilli plus de 10 000 joueurs, de niveaux très différents.

"Nous avons une grande diversité à l’école, en terme de niveau de jeu, poursuit Ian Selley. Il y a des garçons qui sont juste là car ils aiment le foot, et d’autres qui ont de grandes capacités. En tant qu’entraîneur, je pense qu’on espère toujours qu’un jour, un de ces garçons atteindra le top niveau."

Mike Phillips est un ancien joueur gallois de rugby à XV. Après avoir pris sa retraite sportive en 2015, il s'est installé à Dubaï où il a monté sa propre école de rugby. Une manière de renouer avec sa passion.

"Ça fait du bien d’être de nouveau impliqué dans ce sport et d’aider les plus jeunes, raconte l'ex rugbyman. Leur enseigner les valeurs, en plus des règles, c’est très important pour les jeunes joueurs. Il faut apprendre la discipline et le respect et toute l’éthique qui accompagne le rugby."

Il y a plus de 700 clubs de sport à Dubaï. La concurrence est rude, mais cela n'a pas empêché Mike Phillips de monter son club.

"C’est très stimulant. Il faut arriver à gérer tout cela par soi-même, faire de bons entraînements et être sûrs que les enfants apprennent des choses, tout en s’amusant bien sûr !"

Pour l’ancien rugbyman, le sport est essentiel aujourd’hui, alors que de nombreux jeunes passent leurs journées sur les écrans et les réseaux sociaux.

"On voit beaucoup d’enfants aujourd’hui sur leurs Ipads, ce genre de choses, je trouve ça dommage. C’est vraiment important que les jeunes sortent et s’amusent. C’est ce que je souhaite, qu’ils sortent et jouent, à n’importe quel sport."

Dans le quartier de Motor City se trouve l’ICC Academy, l'Académie internationale de cricket. Ses élèves s’entraînent aux côtés de l’équipe nationale des Emirats Arabes Unis, dont fait partie Rameez Shahzad.

"Il y a un très bon programme d’entraînement ici, témoigne le joueur. Il y a d’autres clubs sportifs à Dubaï, mais je pense que celui-ci est le meilleur, avec le meilleur équipement, les meilleurs entraîneurs et tout ce qu’il faut pour jouer au cricket."

Le cricket est un sport très populaire aux Emirats. Will Kitchen, le directeur général de l’ICC Academy, se réjouit qu’autant de jeunes pratiquent cette discipline.

"Pour moi, le sport fait partie intégrante de la vie. Les êtres humains sont censés être actifs, et le fait qu’il y ait autant de clubs sportifs ici montre que les gens veulent vraiment se dépenser pendant leur temps libre."