Allemagne : le diesel, enjeu de la campagne

Allemagne : le diesel, enjeu de la campagne
Taille du texte Aa Aa

Pas toujours facile de se rendre dans n'importe quelle ville allemande avec une vieille voiture diesel. Depuis les premières interdictions de conduire pour les véhicules diesel en décembre 2018 , de plus en plus de villes décident de passer le cap pour protéger l'environnement et la santé des habitants. Mais ce n'est pas du goût de tout le monde. Beaucoup de clients de Uwe Jenrich, garagiste de la ville de Bochum, dans le Nord-Ouest de l'Allemagne, sont mécontents car ils sont obligés de changer de voiture. "Beaucoup de personnes se tournent vers les voitures essence, parce qu'elles hésitent. Il y a un débat continu sur qui peut aller dans les zones à basses émissions avec quel type de vignette. Mes clients et moi pensont que ce n'est pas nécessaire", dit-il. "Cela force juste les conducteurs à toujours payer plus quand ils achètent une nouvelle voiture. On dirait qu'il y a un commerce caché pour les constructeurs automobiles. Pour moi ça revient à de l'escroquerie."

Le parti politique eurosceptique et nationaliste allemand, Alternative pour l'Allemagne (AfD), s'est emparé du problème. Les militants du parti installent un peu partout des panneaux sur lesquels ont peut lire "Vous êtes fous, Bruxelles ? Sauvons le diesel". Ils pensent que la tendance anti-diesel va à l'encontre des intérêts des personnes en précarité et de l'industrie automobile allemande. Pour Christian Loose, de l'AfD, "les moteurs diesel utilisent 15% de carburant en moins que les moteurs essence. C'est pourquoi ça aurait du sens de continuer à utiliser ce type de moteurs. Certains partis politiques, comme les Verts par exemple, veulent bannir les véhicules diesel à partir de 2030. Nous, nous voulons les en empêcher. Beaucoup d'emplois dans l'industrie automobile allemande dépendent de notre réussite. De plus, les moteurs diesel allemands sont les plus efficaces et les plus propres dans le monde entier. Ils ne sont pas sales."

Selon une étude de l'Office fédéral allemand pour la circulation des véhicules à moteur datant de janvier, la vente de véhicules diesel représente un peu moins de 35% du marché automobile allemand.