Les Palestiniens commémorent le 71e anniversaire de la Nakba

Les Palestiniens commémorent le 71e anniversaire de la Nakba
Tous droits réservés
REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa
Taille du texte Aa Aa

Des milliers de Palestiniens ont manifesté mercredi dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée lors de la commémoration annuelle de la Nakba, la "catastrophe" qu'a représenté à leurs yeux la création d'Israël en 1948 et au cours de laquelle des centaines de milliers de Palestiniens ont été expulsés de leurs terres.

La journée avait valeur de test pour le fragile cessez-le-feu annoncé il y a une dizaine de jours après le pire accès de violence entre Israël et groupes armés palestiniens de la bande de Gaza depuis la guerre de 2014 dans cette enclave.

Des milliers de Palestiniens se sont réunis en différents points dans cette enclave le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l'armée israélienne. Des heurts ont opposé certains d'entre eux et des soldats israéliens, selon un journaliste de l'AFP. Le ministre de la Santé du territoire sous contrôle du mouvement islamiste Hamas, ennemi juré d'Israël, a rapporté 65 blessés palestiniens, dont 16 par balles.

Mais la mobilisation et les violences sont restées relativement contenues, et les Palestiniens se sont pour une grande part tenus à distance de la frontière. En 2018, plus de soixante Palestiniens avaient été tués le long de la frontière au cours d'une journée où se télescopaient les commémorations de la Nakba et la protestation contre l'inauguration à Jérusalem de la nouvelle ambassade des Etats-Unis en Israël.

Mercredi, le Premier ministre palestinien s'est rendu sur la tombe de Yasser Arafat pour lui rendre hommage. "Toute solution politique proposée par les Etats-Unis, ou toute autre partie, qui - en échange de la fin de l'occupation et de la création de l'État palestinien avec Jérusalem comme capitale et du droit au retour des réfugiés - réduirait les droits de notre peuple, serait rejetée par le président palestinien et tout le peuple palestinien", a déclaré à cette occasion Mohammed Shtayyeh.

Quelques jours avant les commémorations de la Nakba, les Etats-unis ont en effet laissé entendre qu'ils s'apprêteraient à proposer un plan de paix surnommé "l'accord du siècle" dans lequel une solution à deux Etats ne figurerait pas.