Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Des questions et peu de réponses pour l'UE

Des questions et peu de réponses pour l'UE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le sommet européen se termine avec peu de certitudes. Le flou persiste sur la politique climatique à long terme et sur l'avenir économique. Les chefs d'Etat ne sont pas non plus parvenus à s'entendre sur les noms des prochains responsables institutionnels. Pour le Premier ministre espagnol il faut simplement tout recommencer.

La seconde journée du sommet était consacrée principalement à l'économie. Les Etats membres ont peu progressé vers l'intégration de la zone euro. Les dirigeants ont davantage étudié les menaces qui pèsent sur la croissance. "Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a souligné que les plus grands risques pour l'économie mondiale sont le commerce et les tensions géopolitiques", explique le président du Conseil européen, Donald Tusk. Les dirigeants ont aussi décidé de reconduire les sanctions économiques contre la Russie en réponse à l'annexion de la Crimée. Ils ont enfin lancé un avertissement à la Turquie sur le forage de gisements gaziers au large de Chypre.

La question du climat a été l'un des sujets les plus discutés entre les dirigeants. L'ambition européenne est réduite à une note de bas de page après le véto de quatre pays membres de graver dans le marbre l'objectif de la neutralité carbone de l'UE en 2050.

Le Brexit a été évacué plus rapidement. "Il n'y a rien de nouveau, rien de nouveau car comme nous l'avons répété unanimement il n'y aura pas de renégociation", résume le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. La semaine à venir s'annonce intense pour les responsables de l'UE. Certains participeront aux discussions commerciales internationales du G20 au Japon. Il faudra dans le même temps progresser sur les noms des prochains dirigeants institutionnels.