Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Mobilisation tous azimuts contre la canicule en France

Mobilisation tous azimuts contre la canicule en France
Tous droits réservés
REUTERS/Pascal Rossignol
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Circulation différenciée en agglomération, mesures pour les plus vulnérables à Paris ou Toulouse, aides pour le monde agricole, voies ferroviaires surveillées de près, la France se met en ordre de bataille pour la canicule.

Météo France a placé 59 départements en vigilance orange canicule jusqu'à vendredi. Ils sont globalement situés sur une grande moitié sud du pays, à l'exception de la côte méditerranéenne, au Centre, jusqu'à l'Ile-de-France et à la Bourgogne-Franche-Comté. Cette vague de chaleur devrait être brève, avec des minimales comprises entre 20 et 25 degrés et des maximales pouvant atteindre 41, voire 42-43 degrés.

Au total, 73 départements sont concernés par les restrictions d'eau alors que l'hexagone connaît une sécheresse remarquable. Le transport routier des animaux est interdit aux heures les plus chaudes.

Les appels à la vigilance sont aussi nombreux pour sensibiliser les Français aux risques élevés de noyade. Selon les chiffres du ministère, plus de 40 personnes sont mortes noyées en France lors du premier pic de canicule, au cours de la dernière semaine de juin.

L'épisode météorologique va également doper la consommation d'électricité en France cette semaine, mais la production sera suffisante, selon le gestionnaire du réseau à haute tension RTE. Mais EDF a annoncé l'arrêt de deux réacteurs nucléaires de la centrale de Golfech dans le sud-ouest du pays, en raison de la surchauffe du fleuve, La Garonne. Ce n'est pas la première fois que cela se produit, l'été dernier, la production d'électricité des réacteurs du Bugey, Saint-Alban et Fessenheim avait dû être stoppée pour cause de surchauffe du Rhône et du Grand Canal d'Alsace.