Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Exécution ! La peine de mort est relancée au niveau fédéral aux Etats-Unis

Exécution ! La peine de mort est relancée au niveau fédéral aux Etats-Unis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La "machine à tuer" les condamnés va reprendre du service à l'échelon fédéral aux Etats-Unis, dès le mois de décembre prochain. Après 16 ans de pause, le ministère américain de la Justice vient en effet d'annoncer que la peine de mort serait de nouveau appliquée sur l'ensemble du territoire. Les différents Etats, eux, ont toujours suivi leur propre loi et les exécutions continuent d'y être pratiquées, mais principalement dans ceux du Sud. Les tribunaux fédéraux sont surtout saisis pour les crimes qui sont considérés comme les plus graves, les agressions racistes et les attentats notamment.

Le ministre, Bill Barr (ci-dessous), a justifié ce retour de la peine capitale, arguant : "Nous devons, pour les victimes et leurs familles, appliquer les peines déclarées par notre système judiciaire". Il répond en fait au voeu mille fois répété de Donald Trump : le président américain soigne particulièrement son électorat le plus conservateur dans sa campagne pour l'élection présidentielle de 2020, insistant lors de ses déplacements sur un renforcement des exécutions, spécialement pour les islamistes, les tueurs de policiers et les narcotrafiquants.

5 premières exécutions prévues en décembre et janvier

Le gouvernement a donc mis en place un nouveau protocole pour l'injection létale censée donner la mort rapidement. Le "cocktail" de trois produits parfois utilisé est abandonné parce qu'il suscitait beaucoup de controverse, et seulement le pentobarbital sera désormais autorisé.

Dans un premier temps, cinq hommes condamnés par la justice fédérale n'ont plus guère d'illusion à se faire; ils attendent dans le couloir de la mort du pénitencier de Terre Haute, dans l'Indiana, pour avoir tué des enfants ou des personnes âgées. Daniel Lee, un suprémaciste blanc qui avait assassiné une petite fille et ses parents, devrait être exécuté le premier le 9 décembre prochain, les autres au cours du même mois ou en janvier.

Les Etats premiers exécuteurs, et de très loin

57 autres détenus ont été condamnés à la peine suprême au niveau fédéral, indique le Centre américain d'information sur la peine de mort, alors que 2 600 l'ont été dans les 25 Etats où elle reste encore effective. 21 ont décidé de l'abolir et quatre maintiennent un moratoire sur les exécutions capitales. L'an dernier, 25 prisonniers ont été exécutés dans le sud des Etats-Unis, 13 rien qu'au Texas. Sur le plan fédéral, depuis 45 ans, seules trois exécutions ont eu lieu.

L'ACLU, l'association de défense des droits civiques qui a du poids au sein de la société américaine, a aussitôt réagi à la décision du gouvernement, déclarant qu'elle était "à nouveau du mauvais côté de l'Histoire". Selon elle, la peine capitale est entachée par des injustices raciales et des erreurs judiciaires. C'est ce qu'avait déjà souligné l'ancien président, Barack Obama, dénonçant la sur-représentation des Noirs parmi les condamnés à mort.