DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis est-elle relancée ?

euronews_icons_loading
La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis est-elle relancée ?
Tous droits réservés  Reuters/Amit Dave
Taille du texte Aa Aa

La Chine l'a déclaré : elle ne fera pas l'objet de chantage. La Chine a promis vendredi des "représailles" si le président américain Donald Trump met à exécution sa menace d'imposer dès le 1er septembre de nouvelles surtaxes prohibitives aux produits chinois importés aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis s'apprêtaient à imposer 10% de tarifs douaniers supplémentaires sur les 300 milliards de dollars de produits chinois qui ne sont pas encore taxés, à partir du 1er septembre.

Cette annonce pourrait bien relancer la guerre commerciales entre les principales économies du monde.

"La Chine a toujours cru qu'il n'y a pas de gagnants dans une guerre commerciale. Nous ne voulons pas nous battre. Mais nous n'avons pas peur de combattre. La Chine n'acceptera aucune pression, intimidation ou chantage..." a annoncé la porte-parole du ministère chinois des Affaires Etrangères, hua Chunying.

Le dialogue sino-américain avait pourtant repris cette semaine mais Donald Trump a estimé que Pékin ne tenait pas ses promesses d'achats de produits agricoles et d'arrêt d'exportation de fentanyl, un puissant opiacé qui fait des ravages aux États-Unis : "Je pense que le président Xi, qui est quelqu'un que j'aime beaucoup, veut passer un accord, mais franchement, il ne va pas assez vite. Il a dit qu'il allait acheter à nos fermiers, il ne l'a pas fait. Il a dit qu'il allait empêcher le Fentanyl de venir dans notre pays. Tout vient de Chine. Il ne l'a pas fait. Nous perdons des milliers de personnes à cause du Fentanyl. C'était le moment."

Moody's, une agence de notation a mis en garde sur les effets de ces nouvelles mesures qui pourraient peser sur le commerce mondial à un moment où la croissance ralentit déjà aux États-Unis, en Chine et dans la zone euro.

Les nouveaux prélèvements toucheront une grande partie des biens de consommation, depuis les téléphones et les ordinateurs portable jusqu'aux jouets et aux chaussures.