Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le 737 MAX plombe les compagnies low-cost

Le 737 MAX plombe les compagnies low-cost
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La compagnie aérienne low-cost Norwegian Shuttle a confirmé l'abandon dès la rentrée de ses routes entre l'Irlande et l'Amérique du Nord en raison de l'incertitude quant au retour dans les airs du Boeing 737 Max. Or la flotte nordique compte 18 de ces appareils.

Après une étude approfondie de ses liaisons transatlantiques, la compagnie estime que ces vols ne sont plus viable commercialement.

Le mois dernier, Norwegian avait déjà retiré de nombreux vols de son catalogue en raison de résultats financiers décevants.

"Beaucoup de gens pensent que l'immobilisation du Boeing 737 MAX est utilisée comme prétexte dans ce cas, explique Simon Calder journaliste spécialisé pour The Independent_. Norwegian rencontre toutes sortes de problèmes avec des dettes importantes et une faible rentabilité."_

L'immobilisation au sol du 737 Max touche également d'autres compagnies aériennes spécialisées dans les vols pas chers.

Ryanair a déjà révélé que 900 de ses pilotes et membres d'équipage se retrouvaient au chômage technique en raison du retard de livraison.

TUI Airways estime que l'échouement du 737 Max a eu un impact de plus de 140 millions d'euros sur ses résultats. Des sommes que ces compagnies aériennes entendent réclamer au constructeur américain.

"Ils vont recevoir une grosse facture à la fin de l'été pour ces lacunes dans le calendrier de livraison, confirme Simon Calder_. Boeing devra payer"_

Le 737 Max a été retiré du service en mars après deux accidents qui ont tué 346 personnes en Éthiopie et en Indonésie.

L'immobilisation au sol de près de 400 Boeing 737 Max a eu un impact de 4 milliards d'euros sur le secteur aéronautique mondial.