DERNIERE MINUTE

Luca Parmitano : comment l'espace bouleverse le corps des astronautes

Luca Parmitano : comment l'espace bouleverse le corps des astronautes
Tous droits réservés
ESA/NASA
Taille du texte Aa Aa

L'astronaute de l'Agence spatiale européenne (ESA) Luca Parmitano est à bord de la Station spatiale internationale pour une durée de six mois dans le cadre de la mission Beyond. Notre correspondant spatial entame son troisième mois de mission, il nous envoie une nouvelle chronique dans laquelle il évoque les changements provoqués par la microgravité sur le corps des astronautes.

Transfert liquidien

"Nous avons eu de nombreuses expériences scientifiques intéressantes et captivantes qui ont été menées dans la station," raconte-t-il. "L'une d'elles que je veux vous expliquer s'appelle Transfert liquidien : ce que l'on sait sur le corps humain en microgravité, c'est que notre sang et tous nos fluides corporels ont tendance à se déplacer vers le haut de notre corps parce qu'en microgravité, la pompe cardiaque n'a pas le même effet que sur Terre," souligne-t-il.

"Ce transfert liquidien a de nombreuses conséquences : il augmente la pression dans nos yeux, il peut aussi augmenter la pression intracrânienne, il change notre comportement cardiovasculaire," explique l'astronaute qui ajoute : "Donc cette étude essaie de déterminer ce qui change et de trouver comment mesurer ces changements qui interviennent dans notre corps."

Vieillissement vasculaire

"En plus de cela, je mène moi-même une expérience pour laquelle je suis le sujet d'études et elle est en rapport avec le vieillissement vasculaire," indique Luca Parmitano.

"Quand nous rentrons sur Terre après un long séjour dans l'espace, notre système cardiovasculaire a vieilli d'une manière qui ne correspond pas à son évolution sur Terre," indique-t-il.

"On ne sait pas à quoi c'est dû, cela peut s'expliquer par notre régime alimentaire, par nos performances physiques qui sont différentes dans l'espace quand nous nous déplaçons dans la station ou que nous faisons du sport," dit-il avant de conclure : "Ces études ont justement pour but d'y voir plus clair et de tirer des conclusions."

En collaboration avec l'Agence Spatiale européenne (ESA).

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.