DERNIERE MINUTE

Les Catalans manifestent deux ans après le référendum d'autodétermination

REUTERS/Enrique Calvo
REUTERS/Enrique Calvo
Taille du texte Aa Aa

Des milliers d'indépendantistes ont manifesté mardi en Catalogne, deux ans jour pour jour après le référendum d'autodétermination du 1er octobre 2017. Ils étaient 18 000 à Barcelone, selon la police municipale, à réclamer la libération de leurs dirigeants.

Ces manifestations interviennent alors que la Cour suprême espagnole doit juger ce mois-ci douze responsables politiques catalans après leur tentative de sécession de 2017. Des peines de 7 à 25 ans de prison ont été requises à leur encontre. Les partis et associations indépendantistes ont déjà appelé à la "désobéissance civile" en cas de condamnation judiciaire.

Une éphémère république indépendante

Une marche aux flambeaux a été organisée dans la nuit face à la prison de Lledoners, à 38 km de Barcelone, où sont détenus la plupart des responsables indépendantistes en attente de jugement.

Le référendum interdit du 1er octobre 2017 avait été marqué par la violence des policiers qui avaient reçu l'ordre d'empêcher le vote. Il avait été suivi par la proclamation d'une éphémère république indépendante, le 27 octobre au parlement régional.

Madrid avait aussitôt suspendu l'autonomie de la Catalogne et destitué le gouvernement régional de Carles Puigdemont. Le président catalan destitué et des membres de son cabinet avaient fui à l'étranger tandis que d'autres dirigeants avaient été incarcérés.

"nous nous engageons à avancer, sans excuses, vers une république catalane"

La tension a récemment augmenté en Catalogne, après le placement en détention provisoire jeudi de sept militants indépendantistes, accusés d'avoir préparé des "actions violentes" au sein d'un tout nouveau groupe qualifié de "terroriste" par le parquet.

Le même jour, les partis indépendantistes, qui contrôlent le gouvernement catalan, avaient adopté au parlement régional plusieurs motions légitimant la désobéissance civile ou exigeant le retrait de la Garde civile de Catalogne. "Nous nous engageons à avancer, sans excuses, vers une république catalane" a déclaré le président de la généralité de Catalogne, Quim Torra dans un discours. "Le gouvernement catalan est attaché à une démocratie radicale, avec le droit à l'autodétermination, au dialogue, à la cohésion sociale, au respect scrupuleux des droits de l'homme, des droits civils et collectifs" a-t-il ajouté.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.