DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quelles solutions pour recycler l'eau à l'infini dans l'industrie et l'agriculture ?

euronews_icons_loading
Quelles solutions pour recycler l'eau à l'infini dans l'industrie et l'agriculture ?
Tous droits réservés
euronews
Taille du texte Aa Aa

Comment rendre la gestion des ressources en eau plus performante et plus rationalisée dans l'agriculture et l'industrie européennes du XXIe siècle ? Selon des chercheurs impliqués dans un projet européen appelé nextGen, une partie de la réponse se trouve aux Pays-Bas, dans l'abbaye cistercienne Notre-Dame de Koningshoeven datant du XIXe siècle.

Sur place, à Berkel-Enschot, des moines trappistes brassent de la bière depuis 1884. Aujourd'hui, le site produit quelque 145.000 hectolitres par an avec une moyenne d'environ 10.000 bouteilles à l'heure. Une activité qui impacte l'environnement puisque la brasserie génère 15 m³ d'eau usée par heure.

"On fait la prière sept fois par jour, on commence à 4h du matin, on remercie Dieu pour la création qui est belle et propre et en même temps, on est dans un processus qui est en train de polluer," reconnaît Frère Isaac, directeur de la brasserie. "La prochaine étape était de purifier l'eau afin de la redonner à la nature et le but final, ce sera d'aboutir à une eau qui est totalement potable," indique-t-il.

Purifier les eaux usées de la brasserie grâce aux bactéries

438 m³ d'eaux usées issues de la brasserie peuvent être traités chaque jour à proximité, dans une serre spéciale grâce à 200 espèces végétales.

Sous des bioréacteurs, l'eau passe entre les racines des plantes où 3000 types de bactéries aident à la nettoyer.

Bientôt, l'installation permettra également de retirer de cette eau, les matières carbonées, azotées et phosphorées.

István Koller, conseiller pour la gestion de l'eau chez Waterschap de Dommel, l'un des partenaires du projet, nous explique en quoi elle consiste : "C'est un peu une résidence de luxe pour tout type de bactéries pour qu'elles puissent être dans de bonnes conditions et remplir leur mission, à savoir traiter l'eau."

© euronews
Brasserie Koningshoeven© euronews

"Innombrables opportunités"

Ces efforts sont étudiés de près dans le cadre d'un projet de recherche européen dont la coordination est assurée à Nieuwegein (Pays-Bas). Son objectif : améliorer la gestion des ressources en eau.

Les scientifiques veulent élargir le périmètre de l'eau dans l'économie circulaire et contribuer au développement de nouvelles approches, solutions et modèles d'activité.

"Nous envisageons d'innombrables opportunités," indique Jos Frijns, coordinateur du projet nextGen et ingénieur en environnement chez KWR, autre acteur impliqué, "par exemple, réutiliser l'eau, tirer de l'énergie de l'eau - cela peut être de la chaleur ou du biogaz -, mais aussi récupérer les nutriments qui y sont présents."

Circuit fermé dans l'agriculture

Nous nous rendons à Maasdijk (Pays-Bas) pour visiter une serre de 9,4 hectares qui abrite une autre des dix expériences analysées dans le cadre du projet. Elle produit 4200 tonnes de tomates cerise par an.

L'eau y est gérée en circuit fermé : un système de désalinisation et de filtration hermétique la nettoie et la renvoie de manière continue vers les plantes.

L'installation est alimentée majoritairement par la pluie plutôt que par les eaux très chargées en sodium des nappes phréatiques locales.

"L'eau de pluie a un faible taux de sodium : ce qui est une bonne chose car le sodium est un élément qui n'est pas utilisé par les plantes, donc nous devons utiliser l'eau de pluie," souligne Guus Meis, conseiller en politique dédiée à l'eau et à l'environnement au sein de l'organisation Glastuinbouw Nederland. "Et quand celle-ci n'est pas suffisante, nous utilisons les eaux souterraines que nous désalinisons," dit-il.

Les chercheurs explorent également d'autres solutions de recyclage comme des systèmes de stockage de l'eau de pluie inspirés par la nature.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.