DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'intelligence artificielle alimente la croissance des entreprises de l'UE

euronews_icons_loading
L'intelligence artificielle alimente la croissance des entreprises de l'UE
Tous droits réservés
euronews
Taille du texte Aa Aa

Elle est considérée comme l'un des domaines les plus innovants et qualifiée de plus révolutionnaire que le feu ou l'électricité : que cela vous plaise ou non, l'intelligence artificielle bouleverse nos modes de vie et nos méthodes de travail. Et quand elle est utilisée de manière responsable, elle a le potentiel d'être utile à l'humanité.

La lecture devient un jeu d'enfant

À Dublin, par exemple, une technologie développée par une entreprise locale aide les enfants à améliorer leurs performances en lecture. Selon ses concepteurs, ce système d'intelligence artificielle offre la meilleure précision au monde dans la reconnaissance de ce que disent les enfants. Il améliore leur expérience de jeu et leur permet d'apprendre de manière plus immersive grâce à leur voix.

"Vous connaissez probablement la reconnaissance des voix des adultes avec l'assistance vocale et les enceintes connectées," indique Patricia Scanlon, PDG de SoapBox Labs, avant d'ajouter : "Notre technologie est pour sa part, spécifiquement développée pour celle des enfants : elle modélise leur voix et leur façon de s'exprimer grâce aux dernières avancées de l'intelligence artificielle," explique-t-elle.

"Déjà 27 licences commerciales"

Cette innovation intéresse les géants du secteur. L'entreprise travaille avec Microsoft sur la protection des données des enfants et l'alphabétisation.

Son système a également été sélectionné par le projet américain "Reach Every Reader" soutenu par une initiative de Mark Zuckerberg et son épouse.

"On a déjà 27 licences commerciales mondiales et on a décliné la plateforme dans de nombreuses langues," indique Patricia Scanlon. "Nos principaux marchés se trouvent dans l'éducation avec l'alphabétisation et l'apprentissage du langage et aujourd'hui, on passe à la commande vocale hors-ligne pour les jouets intelligents et la robotique," fait-elle remarquer.

Accélérateur d'innovation

Cette entreprise irlandaise a reçu un financement de près d'un million et demi d'euros de l'Accélérateur du Conseil européen de l'innovation (EIC - European Innovation Council).

Cet outil soutient les meilleurs innovateurs de l'Union européenne dans les premières phases du développement de leur activité.

"Nous pouvons délivrer jusqu'à deux millions et demi d'euros de subventions et jusqu'à 15 millions en fonds propres," précise le professeur Mark Ferguson, président du comité consultatif de l'EIC et conseiller scientifique en chef auprès du gouvernement irlandais. "Nous les conseillons et les aidons à élargir leurs réseaux et à attirer d'autres investisseurs privés," poursuit-il.

Mark Ferguson liste les critères de sélection des projets : "Nous cherchons des personnes qui ont des idées nouvelles, qui créeront des entreprises internationales, dont l'activité aura un grand intérêt pour les Européens et dont la technologie sera capable de créer une révolution et des marchés en adéquation," dit-il.

Malgré les opportunités qu'elle représente, l'intelligence artificielle inquiète dans le grand public. Un aspect dont la Commission européenne devrait tenir compte dans sa stratégie dédiée qu'elle dévoilera dans les prochaines semaines.

La parole de l'expert

© euronews

Le professeur Mark Ferguson, directeur général de Science Foundation Ireland, préside le comité consultatif du Conseil européen de l'innovation. Pour Business Planet, notre journaliste Paul Hackett l'a interrogé sur l'Accélérateur de l'EIC et sur la manière dont cet instrument soutient les entrepreneurs et les petites entreprises aux idées innovantes et révolutionnaires.

Paul Hackett, euronews :

"Il existe de nombreux accélérateurs pour les entreprises. Qu'est-ce qui rend celui de l'EIC unique ?"

Mark Ferguson, président du comité consultatif de l'EIC :

"Cet accélérateur diffère de tous les autres. La raison principale, c'est que nous sommes intéressés par les entreprises qui présentent un haut niveau de risque. Un risque qui peut-être, effraie les investisseurs privés. De plus, ces entreprises doivent avoir une des idées qui changent la donne de manière radicale, elles doivent être placées sur des marchés de rupture ou proposer des produits totalement nouveaux. Dans ce cas, nous aurons la volonté d'investir dans leurs activités. Notre objectif sera de faire en sorte qu'il y ait un complément apporté par des investissements ultérieurs, de réduire la part de risque et de nous assurer que leur business plan est très solide et que cette technologie est intéressante. Donc nous sommes d'accord pour accepter un plus grand risque que les autres et c'est la vraie différence."

Paul Hackett :

"De quelle manière soutenez-vous les innovateurs et les entrepreneurs ?"

Mark Ferguson :

"Il y a différents aspects : tout d'abord, vous pouvez demander une subvention d'un montant qui peut aller jusqu'à 2,5 millions d'euros et un financement en fonds propres de 15 millions d'euros maximum. C'est le volet investissement de ce que nous proposons. Il y a aussi le développement des réseaux et le conseil. Donc vous pouvez obtenir l'aide de toute une série de consultants à travers l'Union européenne qui fourniront du tutorat sur n'importe quel besoin de votre entreprise et puis, nous vous mettons en relation avec de grands groupes... Voilà ce que fait le Conseil essentiellement. Et son ambition réelle, c'est d'investir dans les technologies de rupture qui seront synonymes de succès commerciaux pour l'Europe, qui espérons-le, permettront de résoudre des problèmes de société et qui aboutiront à la création de grands groupes. Pour résumer les choses, je dirais qu'il s'agit d'entreprises qui trouvent des réponses à des questions pertinentes de manière responsable."

Paul Hackett :

"Comment choisissez-vous ces entreprises ? Y a-t-il un critère spécifique d'éligibilité ?"

Mark Ferguson :

"Selon moi, pour être retenus, vous devez avoir un bon business plan, la bonne technologie et une bonne équipe capable de développer votre activité. Vous devez connaître vos besoins, clarifier vos demandes, exposer vos plans. Donc je recommande de bien lire les documents et répondre aux questions. N'hésitez pas à en discuter autour de vous, formulez votre demande et on vous répondra."

Éléments-clés

  • Des technologies émergentes comme l'intelligence artificielle (IA), la robotique et le big data transforment nos modes de vie et nos méthodes de travail.
  • L'IA a le potentiel d'apporter des solutions à diverses questions de société comme le changement climatique, le traitement de maladies chroniques ou l'alphabétisation. En même temps, elle crée de nouvelles opportunités pour les entreprises innovantes.
  • L'IA dépend en grande partie de l'utilisation du big data. Mais les retombées qu'elle peut offrir ne sont quasiment pas exploitées : 66% des entreprises disent qu'elles valorisent très peu leurs données, voire pas du tout. Et à peine 1% des données collectées par les entreprises sont analysées. Seule une entreprise sur cinq a un haut niveau élevé de numérisation.
  • L'Accélérateur du Conseil européen de l'innovation (EIC) soutient les innovateurs de premier plan, entrepreneurs, petites entreprises et scientifiques en leur donnant des opportunités de financement et en leur offrant des services dans différents domaines comme le développement durable, les transports, l'énergie, la santé et l'intelligence artificielle.
  • Soutenir les PME et innovateurs à fort potentiel et à haut risque est essentiel pour les aider à se développer et à mettre sur le marché de nouveaux produits, services et modèles d'activité qui peuvent alimenter la croissance économique.

Liens utiles

Intelligence artificielle

Accélérateur du Conseil européen de l'innovation (EIC)

SoapBox Lab

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.