DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Union Européenne à l'épreuve du Covid-19

euronews_icons_loading
L'Union Européenne à l'épreuve du Covid-19
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

L'Italie placée entièrement en quarantaine, des matches et des concerts annulés en France, et des consommateurs qui se ruent dans les supermarchés, de l'autre côté du Rhin.

Si l'épidémie du Covid-19 ne connaît pas de frontières, les réponses pour limiter sa propagation varient d'un pays à l'autre : les états de l'Union agissent en ordre dispersé, mais de nombreux sièges étaient vides lors de la session extraordinaire qui s'est tenue ce mardi au Parlement européen de Bruxelles. De quoi faire réagir certains députés.

"Nous avons besoin d'une réponse ambitieuse, coordonnée, et claire pour tout le monde afin d'enrayer l'épidémie", lance Dragoş PÎSLARU, député européen roumain et membre du groupe Renew Europe, "en particulier en ce qui concerne l'impact économique et social. Tous les États membres devraient agir ensemble en se focalisant sur le bien-être des citoyens".

"Nous avons besoin de systèmes sociaux qui permettent effectivement aux gens de prendre un arrêt maladie et de rester chez eux lorsqu'ils ne se sentent pas bien - voire de rester en quarantaine", estime la députée européenne allemande et membre du groupe des Verts / Alliance libre européenne, Ska Keller.

Un souhait de trouver des solutions d'une seule voix, qui ne convainc pas toujours d'autres élus. Ces divergences lézardent l'unité des 27, mais pour certains, il s'agit d'un test grandeur nature de la solidarité qui peut s'exprimer au sein de l'Union.

"Cette situation est potentiellement comme la crise de 2008", indique Frances Fitzgerald, députée européenne irlandaise, et membre du Parti Populaire Européen. "Elle a de graves conséquences sur la perturbation de la chaîne d'approvisionnement, pour les travailleurs qui doivent rester à la maison, avec un impact financier pour ces personnes et les difficultés qui en découlent. Je pense donc que toutes nos institutions financières vont devoir examiner comment elles peuvent aider les particuliers, les familles et les entreprises".

Compte tenu de l'évolution de l'épidémie, le Parlement est presque fermé jusqu'à nouvel ordre. Ce sera donc au système de santé et à l'économie de chaque Etat d'absorber le choc, et à l'Union de choisir la réponse à apporter à cette crise.