Tensions entre Donald Trump et Twitter : deuxième round

Tensions entre Donald Trump et Twitter : deuxième round
Tous droits réservés Alex Brandon/2011 AP
Tous droits réservés Alex Brandon/2011 AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le réseau social a masqué un message du président américain pour "apologie de la violence".

La guerre fait rage entre Twitter et Donald Trump. Menacé par Donald Trump, le réseau social a masqué un message du président américain pour "apologie de la violence".

PUBLICITÉ

C'est une guerre qui est bien partie pour faire plus de 280 caractères. Le réseau social Twitter a masqué ce vendredi un message de Donald Trump.

"Quand les pillages démarrent, les tirs commencent", avait écrit le président américain, en référence aux violences à Minneapolis survenues après la mort d'un homme noir lors d'une interpellation musclée par des policiers blancs.

Un message qui viole les règles de Twitter sur l'apologie de la violence, selon le réseau social. "La façon qu'ils ont de choisir ce qu'il faut vérifier, ou au contraire d'ignorer ou même de promouvoir n'est rien de plus que de l'activisme politique", a taclé le président américain.

Mardi, deux messages de Donald Trump avaient déjà été signalés, car ils véhiculaient des informations "non vérifiées", selon Twitter.

En réaction, le président a signé un décret visant à limiter la protection judiciaire dont bénéficient les réseaux sociaux aux Etats-Unis. Pour Donald Trump, il s'agit de "défendre la liberté d'expression". Pour ses opposants, il s'agit d'une menace à peine voilée à l'égard de l'un de ses outils de communication dont il use abondamment depuis le début de son mandat.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus