DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'emploi est entré dans une crise sans précédent selon l'Organisation internationale du Travail

euronews_icons_loading
L'emploi est entré dans une crise sans précédent selon l'Organisation internationale du Travail
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

Le monde du travail est entré dans une crise sans précédent d'après le patron de l'Organisation internationale du travail. Face aux annonces de licenciements massifs aux quatre coins du globe, les dirigeants mondiaux appellent les acteurs économiques à adopter une approche globale pour contrer l'impact de la pandémie de coronavirus.

"Ce n'est pas un choix entre la santé et l'emploi et l'économie, tout ceci est lié" a indiqué António Guterres, à l'occasion d'un sommet virtuel de l'organisation internationale du travail ce mercredi. "Soit nous gagnons sur tous les fronts, soit nous échouons sur tous les fronts" a poursuivi le Secrétaire général des Nations Unies.

Les perspectives du marché mondial du travail au second semestre de 2020 étant "très incertaines", La reprise économique prévue ne sera pas suffisante pour que l'emploi retrouve son niveau d'avant crise.

"Pour jeter les bases d'une reprise vigoureuse, les politiques monétaire, budgétaire et commerciales des pays doivent être fortes et aller dans la même direction a expliqué Roberto Azevêdo, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce. "Tout ceci doit être accompagné de politiques du travail et d'investissements sociaux pour garantir que personne ne soit laissé pour compte" a-t-il ajouté.

Face à l'augmentation du chômage, et aux restrictions liées aux différents confinements, le digital doit permettre, selon le FMI, de créer de la richesse et atténuer les conséquences de la pandémie.

"Il sera essentiel d'investir dans les compétences et les infrastructures numériques" selon Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international. "Nous devons réfléchir sérieusement aux moyens de nous assurer que la croissance rapide du secteur numérique débouche sur des avantages largement partagés dans nos sociétés".

Illustration du marasme économique, le PIB de la zone euro devrait chuter de 8,7% en 2020.