DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Mitch Lowe, cofondateur de Netflix : "Les cinémas doivent innover pour survivre"

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Taille du texte Aa Aa

Mitch Lowe, l'un des cofondateurs et ancien dirigeant de la plateforme de streaming Netflix, est une personnalité qui a été aux avant-postes de l'industrie du divertissement pendant plusieurs décennies.

À Dubaï où il a participé à un événement dédié aux jeunes entrepreneurs, il nous donne son éclairage sur la situation de ce secteur dans le contexte de la pandémie de Covid. Il estime que "les cinémas devront innover" et entendre les besoins des consommateurs "qui ont besoin de plus que des films" et que la consommation de contenus de divertissement sera "plus saine" à l'avenir.

Jane Witherspoon, euronews :

"Comment ce secteur a-t-il évolué ces dernières décennies ?"

Mitch Lowe, cofondateur et ancien dirigeant de Netflix :

"Tout a commencé il y a longtemps avec le cinéma par un modèle à la carte où les gens devaient choisir si cela valait la peine d'aller voir un film en salles ou de le louer en cassette vidéo ou en DVD. Et ce modèle a pris la forme d'un abonnement qui apportait tout un tas de choses positives. On n'avait plus à se poser cette question délicate - est-ce que ces contenus valent la peine d'y consacrer du temps et de l'argent ? -, mais simplement à les explorer et à les regarder."

Jane Witherspoon :

"Vous avez été l'un des cofondateurs de Netflix. Comment avez-vous vécu cette aventure ?"

Mitch Lowe :

"On n'imaginait pas que Netflix deviendrait un nom connu au point de devenir un verbe. Et je me souviens qu'on faisait souvent des paris sur la croissance qu'on pourrait avoir. Et je me disais : Oh mon Dieu, si on pouvait simplement atteindre le chiffre d'1,7 million d'abonnés, ce serait génial. Et évidemment aujourd'hui, c'est cent fois plus que cela : plus de 180 millions d'abonnés."

"On n'a jamais prêté attention à la concurrence à part à Amazon"

Jane Witherspoon :

"Quel a été l'impact selon vous, d'entreprises comme Apple, d'autres sites de streaming, du service d'abonnement Starz Play que nous avons ici au Moyen-Orient ou encore de Disney ? Qu'a représenté cette concurrence ? Et comment, a-t-elle été gérée par Netflix d'après vous ?"

Mitch Lowe :

"On n'a jamais prêté attention à la concurrence. On n'a jamais évalué de concurrent, à part une fois : c'était au Royaume-Uni quand Netflix devait être lancé sur place. On avait entendu dire que le groupe Amazon démarrait lui aussi son offre et c'était un concurrent qui nous terrifiait à l'époque. Alors, on a gelé toute l'opération."

"Supprimer les obstacles à l'expérimentation et à la découverte"

Jane Witherspoon :

"Vous êtes passé de Netflix à Movie Pass. Parlez-nous de cette expérience à la tête de cette entreprise. Au moment de son apogée, vous aviez des millions d'abonnés. Vous proposiez un abonnement, mais qui dans ce cas, concernait les cinémas. Mais quelque chose est allé de travers et votre nombre d'abonnés a chuté à 300.000, c'est ça ?"

Mitch Lowe :

"Oui, je pensais qu'on pouvait faire dans les cinémas, ce que nous faisions chez Netflix : à savoir supprimer les obstacles à l'expérimentation et à la découverte. Mais il s'est avéré que notre croissance a été trop rapide. Au bout de trois mois, on en était à 3,3 millions d'abonnés payants et c'était simplement trop. Donc on a implosé neuf mois après. Nos investisseurs ont dit : "OK, on arrête". Ce que j'aurais dû faire, c'est contrôler cette croissance."

Jane Witherspoon :

"Un autre défi que nous devons relever en ce moment, c'est la pandémie de Covid. Elle a des répercussions énormes, en particulier pour les salles de cinéma. Selon vous, quelle ampleur ont-elles ?"

Mitch Lowe :

"Heureusement, il ne s'agit pas d'un impact à long terme ou d'un impact permanent. Donc j'espère que les cinémas se rétabliront et comprendront qu'ils doivent évoluer. Vous savez, Movie Pass visait à secouer le monde du cinéma pour faire comprendre que les consommateurs veulent plus que des films. Notre capacité d'attention se réduit de plus en plus et on ne veut plus aller dans un cinéma pour rester assis pendant deux heures dans le noir et regarder un film. Pourquoi ne pas proposer des soirées marathons de six heures où l'on peut voir tous les épisodes de "Stranger Things" à la suite ?"

euronews
Mitch Lowe en interview pour euronews à Dubaïeuronews

"Les cinémas devraient proposer d'autres événements en lien avec le sport ou le jeu vidéo"

Jane Witherspoon :

"Le plaisir d'aller voir un film, c'est bien... Mais financièrement et économiquement, les cinémas peuvent-ils survivre ?"

Mitch Lowe :

"Oui, je pense qu'ils doivent être innovants en termes de contenus. Et tout l'enjeu, c'est qu'ils doivent reconnaître que les gens voudront sortir et interagir socialement en groupe - quand nous aurons un vaccin bien entendu -, mais pas simplement pour voir des films qui durent deux heures. Pourquoi ne pas leur proposer des événements en lien avec le sport ou le jeu vidéo ?"

Jane Witherspoon :

"Comment se situe cette industrie au Moyen-Orient, aux Émirats arabes unis et en particulier à Dubaï par rapport au reste du monde ? Quelle est l'importance de ce secteur dans la région ?"

Mitch Lowe :

"Pour moi, l'une des choses les plus intéressantes avec les sites de streaming comme Netflix, c'est cette forme de pollinisation croisée des contenus. Et je pense qu'avec tous les jeunes et tous les créateurs de contenus inventifs qui sont présents au Moyen-Orient, les conditions existent pour développer une grande industrie de production d'émissions télé et de films de qualité qui pourraient être populaires dans le monde entier. Et donc, il faut vraiment permettre à cette communauté créative de produire des contenus et de les distribuer."

Un concours de jeunes entrepreneurs dans les airs

Jane Witherspoon :

"Vous êtes à Dubaï pour un événement hors du commun. Il s'agit de "Pitch Up In The Sky". De quelle manière y participez-vous ?"

Mitch Lowe :

"C'est un événement totalement inédit. Des entrepreneurs originaires de tout le Moyen-Orient et de toute l'Afrique ont fait acte de candidature en soumettant leur proposition pour obtenir un capital de démarrage. Et nous, les juges - on était quatre -, on en a sélectionné dix. Ensuite, chacun des candidats retenus nous a fait une présentation de son idée sur Zoom. Nous en avons encore sélectionné trois et nous sommes montés dans un avion avec eux pour qu'ils nous fassent leur présentation finale. Ils devaient la faire en vol sur soixante secondes. Et ensuite, le gagnant a sauté de l'avion avec son parachute."

Jane Witherspoon :

"Quels conseils donneriez-vous à ces entrepreneurs ? Sur ce qu'il leur faut pour réussir ?"

Mitch Lowe :

"Il y a toutes ces choses que l'on entend tout le temps : être persévérant, avoir les bonnes personnes autour de soi, faire preuve d'une grande intégrité. Vous devez maintenir la dynamique, vous améliorer en permanence, emmener vos investisseurs avec vous, emmener votre équipe avec vous et avancer pas à pas, progressivement, ni trop vite, ni trop lentement."

Pitch Up In The Sky
L'événement Pitch Up In The Sky à DubaïPitch Up In The Sky

"Le plus grand concurrent de Netflix, c'est le sommeil"

Jane Witherspoon :

"Revenons au secteur du divertissement. Je vous pose la question à un million de dollars : qu'est-ce qui nous attend dans l'avenir selon vous ?"

Mitch Lowe :

"Il est clair que la pandémie de Covid a fait augmenter la consommation de contenus de divertissement. Et je crois que cela a aidé les gens à traverser cette période très difficile. Je pense que l'avenir sera plus sain. Je ne sais pas pour vous, mais moi, il y a des fois où je commence à regarder une série à dix heures du soir en me disant que je vais m'arrêter à minuit et cinq heures plus tard, je réalise qu'il y a encore une autre saison disponible. Donc pour moi, on a atteint un point de rupture. Vous savez, le PDG de Netflix Reed Hastings a parlé, une fois, de concurrence et il a dit : Mon plus grand concurrent, c'est le sommeil. Si les gens n'étaient pas obligés de dormir, ils consommeraient plus de séries sur Netflix. [rires] Et je pense qu'il a raison."