DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Avni Doshi, présélectionnée pour le Booker Prize : "Je ne pensais pas arriver si loin"

euronews_icons_loading
Avni Doshi, présélectionnée pour le Booker Prize : "Je ne pensais pas arriver si loin"
Taille du texte Aa Aa

​Son premier roman "Burnt Sugar" a été présélectionné pour l'un des prix littéraires les plus prestigieux au monde, le Booker Prize 2020. Nous rencontrons Avni Doshi à Dubaï où elle réside.

Jane Witherspoon, euronews :

"Vous avez été présélectionnée pour le Booker Prize 2020 pour votre premier roman. Félicitations. Qu'est-ce que cela vous fait ?"

Avni Doshi, romancière présélectionnée pour le Booker Prize 2020 :

"C'est surréaliste. Je ne pensais pas que j'arriverais aussi loin, c'est certain. Déjà quand mon nom est apparu sur la longue liste, cela a été une énorme surprise."

Jane Witherspoon :

"C'est l'un des plus grands prix littéraires au monde. Et vous arrivez à ce résultat avec votre premier roman. C'est un bon début."

Avni Doshi :

"Oui, effectivement. Je travaille sur ce roman depuis plus de sept ans. Donc déjà le fait qu'il soit publié, qu'il soit en librairie, j'ai ressenti cela comme un énorme accomplissement."

Une histoire mère-fille marquée par la maladie

Jane Witherspoon :

"Parlez-nous du livre et de l'histoire qu'il raconte."

Avni Doshi :

" Le roman retrace l'histoire d'une mère et de sa fille - Anthera et Tara - qui ont une relation très difficile. Tara, la mère, est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Sa fille est donc confrontée à la difficulté de s'occuper d'une femme qui ne s'est jamais vraiment occupée d'elle."

Jane Witherspoon :

"Où avez-vous trouvé l'inspiration pour ce récit ?"

Avni Doshi :

"Vous savez, j'en ai imaginé une bonne partie. Je m'intéresse particulièrement aux relations entre les femmes. Il y a aussi ma grand-mère chez qui on a diagnostiqué la maladie d'Alzheimer il y a environ quatre ans. C'est pourquoi, à mi-parcours de l'écriture du roman, j'ai intégré cet élément de la maladie d'Alzheimer parce que je faisais tellement de recherches sur cette maladie."

"J'ai appris en écrivant"

Jane Witherspoon :

"Comment vous êtes-vous mis à l'écriture ? Avez-vous toujours été un écrivain ? Qu'est-ce qui vous a poussée à prendre un stylo et à rédiger votre premier roman ?"

Avni Doshi :

"Je n'ai jamais été une grande auteure. J'ai toujours été une grande lectrice. Et à l'origine, j'ai fait des études d'histoire de l'art. Mais j'ai toujours aimé lire des œuvres littéraires. Et quand j'ai eu vingt ans, j'ai commencé à beaucoup m'intéresser à la fiction contemporaine. Mais je ne sais pas ce qui m'a décidée à écrire. J'en ai simplement ressenti l'envie."

Jane Witherspoon :

"Comment s'est passé le processus de rédaction ? Avez-vous ressenti l'angoisse de la page blanche dont tout le monde parle ? Avez-vous trouvé que certains aspects de l'écriture étaient vraiment exigeants et difficiles ?"

Avni Doshi :

"L'écriture du livre a ressemblé à un combat acharné. Je ne savais pas ce que je faisais. Je n'ai aucune formation en écriture. Je n'ai jamais fait de master ou de cours de création littéraire. Donc j'ai appris en écrivant. C'est grâce à chaque ébauche que j'ai vraiment appris à écrire. Et ce sont vraiment les erreurs qui m'ont faite le plus progresser dans tout ce processus parce qu'elles m'ont révélé où je me trompais et ce que je devais améliorer."

Jane Witherspoon :

"Si vous deviez repartir de zéro, feriez-vous différemment ?"

Avni Doshi :

"Je me dirais de ne pas être aussi têtue. Je pense que tout au long du processus d'écriture, il m'a été très difficile de renoncer à certains aspects du livre. Mais, vous savez, il y a un dicton qui dit que dans ce qu'on a écrit, il faut tuer ce qu'on aime le plus. J'aurai dû apprendre un peu plus tôt pendant que j'écrivais, à tuer ce que j'aime le plus."

"J'ai toujours été un peu à l'écart de chaque société dans laquelle j'ai vécu"

Jane Witherspoon :

"L'un des défis à relever quand on écrit un livre, j'imagine, c'est de rendre l'histoire universelle et de la rendre intéressante pour les lecteurs du monde entier. Vous avez grandi dans le New Jersey. Vous vivez maintenant à Dubaï. En quoi cela vous a-t-il aidé à écrire ce livre ?"

Avni Doshi :

"Je pense que j'ai toujours eu un point de vue extérieur sur les choses pendant une grande partie de ma vie d'adulte. Je ne vis plus aux États-Unis depuis que j'ai eu un peu plus de vingt ans. Et donc, j'ai toujours été un peu à l'écart de chaque société dans laquelle j'ai vécu. Et je pense que souvent, ce genre de choses donne le point de vue d'un observateur. Comme ça, on peut témoigner de l'histoire des autres. Et je pense que cela m'a beaucoup aidé."

Jane Witherspoon :

"Pourquoi vous êtes-vous senti en marge ? Pourquoi avez-vous eu l'impression d'être à l'écart de chaque société dans laquelle vous avez vécu ?"

Avni Doshi :

"Quand j'ai déménagé en Inde vers l'âge de vingt ans, je pensais que je me sentirais vraiment chez moi là-bas. Mais comme j'avais grandi aux États-Unis, vous savez, j'étais différente. Mon parcours était différent. Mes références étaient différentes. Mon éducation était différente. Et donc, même si, en un sens, je me sentais chez moi, j'étais aussi en dehors de la société d'une certaine manière."

Festival de littérature des Émirats : "Ils font énormément pour promouvoir la littérature"

Jane Witherspoon :

"Nous sommes à Dubaï. Quelle est l'importance de la littérature dans cette région ? Je sais que vous êtes très investie dans le Festival de littérature des Émirats. Pouvez-vous m'en parler et me dire ce que cela apporte ?"

Avni Doshi :

"Je trouve le Festival de littérature des Émirats tout simplement incroyable. Je pense que ses organisateurs font énormément pour promouvoir la littérature dans tout le pays, dans toute la région. Ils invitent des auteurs de renommée internationale à venir ici et à participer à des conférences. Et c'est vraiment génial. Je suis vraiment fière d'être impliquée dans leur démarche. J'aimerais voir plus d'efforts au niveau local. Je sais qu'il y a des personnes qui travaillent sur certaines choses. J'ai donc hâte de voir ce qui se passera à l'avenir."

Jane Witherspoon :

"Vous avez parlé du niveau local. En quoi est-ce important pour les auteurs de la région de disposer d'une plateforme ici ?"

Avni Doshi :

"Pour moi, c'est vraiment important et, vous savez, nous sommes à une époque où il y a de plus en plus de jeunes créateurs qui vivent à Dubaï. Et ce serait merveilleux qu'ils puissent bénéficier de programmes de master en écriture et qu'il y ait davantage de revues littéraires implantées dans la région, dans le pays. Donc, il y a des choses que l'on pourrait faire, peut-être même des résidences ou des programmes de bourses pour que des écrivains de l'étranger viennent vivre ici et travailler avec des étudiants d'ici."

"L'alphabétisation doit être une priorité pour tout gouvernement et toute société"

Jane Witherspoon :

"Que pensez-vous du niveau d'alphabétisation ? Parce que tout le monde n'a pas la même chance que nous d'avoir accès à des livres et d'avoir appris à lire. Il y a encore des enfants à travers le monde qui n'ont rien de tout cela."

Avni Doshi :

"Oui. Pour moi, ce doit vraiment être une priorité pour tout gouvernement et toute société, d'encourager réellement la lecture et l'écriture. Je pense que c'est grâce à elles que les gens ont en quelque sorte accès à la vie et que leur situation s'améliore. Donc, oui, je crois que dans des pays comme l'Inde, il est vraiment important que l'alphabétisation soit au premier plan de tout programme politique."

Jane Witherspoon :

"En tant que femme et en particulier, femme qui réussit, que diriez-vous à ceux qui envisagent d'écrire un livre ? Quels conseils pouvez-vous leur donner à partir de votre expérience ?"

Avni Doshi :

"Tout le monde espère qu'il existe une méthode particulière ou peut-être un cours qu'on peut suivre. En réalité, le plus important, c'est de s'installer à son bureau tous les jours et de se concentrer. Je pense aussi que la lecture, c'est probablement le meilleur professeur pour l'écriture, pour découvrir le travail réalisé par ceux qui ont écrit avant vous. Je pense que c'est vraiment comme ça que j'ai appris beaucoup sur l'écriture."

Jane Witherspoon :

"Que signifierait pour vous le fait de remporter ce Booker Prize ?"

Avni Doshi :

"Je n'arrive pas à me faire à l'idée. Je crois que ce serait trop énorme pour que je puisse totalement réaliser. Ce serait incroyable. Que dire de plus ? Ce serait un rêve devenu réalité."

Jane Witherspoon :

"Ça changerait votre vie."

Avni Doshi :

"Oui, c'est clair. Mais ma vie a déjà changé."