PUBLICITÉ

Donald Trump minimise la récente cyberattaque visant les USA

Archives : le siège du "Pentagone", ministère américain de la Défense, à Washington D.C., le 27/03/2008
Archives : le siège du "Pentagone", ministère américain de la Défense, à Washington D.C., le 27/03/2008 Tous droits réservés Charles Dharapak/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Charles Dharapak/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président américain semble minimiser la récente cyberattaque qui a visé les Etats-Unis. Une opération qui survient en pleine période de transition à la Maison-Blanche.

PUBLICITÉ

Les suites de la vaste cyber-attaque qui a visé les Etats-Unis ces derniers jours. Le président Donald Trump a semblé minimiser cette opération.

Sur Twitter, il a estimé que "cette cyberattaque était bien plus importante dans les médias Fake News que dans la réalité."

"Tout est sous contrôle. Russie, Russie, Russie, c'est le slogan prioritaire quand n'importe quelle chose arrive" a-t-il écrit, ajoutant que "ça pourrait être la Chine".

Cette hypothèse va à l'encontre de ce qu'estime la plupart des experts pour qui la Russie serait bien derrière cette cyberattaque.

Du pain sur la planche pour Joe Biden

En tout cas, cela survient au moment où le démocrate Joe Biden s'apprête à prendre les rênes du pays. Le président élu a déjà dévoilé celles et ceux qui seront en charge des dossiers sensibles, dont celui des épineuses relations russo-américaines :

- Antony Blinken sera à la tête de la diplomatie.

- Alejandro Mayorkas, ancien procureur fédéral, prendra la direction de la sécurité intérieure.

- Jake Sullivan sera le conseiller du président à la sécurité nationale.

- Avril Haines, ancienne cadre de la CIA deviendra la première femme à la tête des services de renseignement américain.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus