Le sacre de l'architecture engagée : Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal reçoivent le prix Pritzker

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, lauréats du prix Pritzker 2021
Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, lauréats du prix Pritzker 2021 Tous droits réservés Laurent Chalet/AP
Tous droits réservés Laurent Chalet/AP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le prix Pritzker, plus haute distinction du monde de l'architecture, a été décerné mardi aux Français Jean-Philippe Vassal et Anne Lacaton, apôtres d'une architecture dédiée au bien-être du plus grand nombre, combinant espaces généreux avec budgets modestes et techniques écologiques.

PUBLICITÉ

C'est une architecture engagée et abordable, en adéquation avec son époque, une architecture qui répond aux urgences climatiques, écologiques et sociales. Le travail d'Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, récompensé par le prix Pritzker, l'équivalent du Nobel, entend améliorer le quotidien du plus grand nombre.

Anne Lacaton : "L'architecture est très importante pour tout le monde car c'est l'environnement. C'est l'espace où nous vivons tous. Et nous avons toujours à l'esprit que les gens aiment vivre dans des endroits qui ne sont pasrestreints** ou contraignants. Nous gardons cela en tête.**"

Les deux Français ont fait du bien être bon marché leur marque de fabrique, en combinant espaces généreux avec budgets modestes. En témoigne la "maison Latapie", à Floirac, près de Bordeaux, loin du pavillon traditionnel. Ses points forts : des panneaux escamotables et transparents qui apportent lumière naturelle, agrandissant les espaces communs intérieurs et facilitant la maîtrise du climat. 

Anne Lacaton : "En tant qu'architecte, tout est difficile. Mais ce qui est intéressant est beaucoup plus important que ce qui est difficile. C'est pourquoi nous acceptons de faire face aux difficultés, car nous savons qu'à la fin, ce sera très, très agréable."

Jean-Philippe Vassal : "C'est toujours un combat, toujours. Mais à la fin, qu'est-ce qui est intéressant? C'est de dire que le combat est un jeu."

Agrandir l'espace, gagner en liberté, simplifier, transformer plutôt que démolir : un parti pris acquis en Afrique où Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont travaillé pendant plusieurs années.

Sources additionnelles • AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements

Alertes aux crues en Europe : la Moselle en France, le nord de l'Italie et la Slovénie touchés par d

Une progression des violences politiques en Europe