DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La technologie, l'alliée d'une agriculture performante et durable

euronews_icons_loading
Farm to Fork
Farm to Fork   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Transformer l'agriculture européenne en garantissant des productions rentables, des aliments sains et une approche durable, c'est l'objectif de la "Ferme du Futur" qui associe méthodes innovantes et technologies de pointe.

Dans cette exploitation située à Lelystad aux Pays-Bas, des chercheurs de l'Université de Wageningen développent des solutions pour les agriculteurs.

Ce programme est mené en partenariat avec le projet européen NEFERTITI qui encourage l'adoption d'innovations pour une agriculture plus durable, rentable et intelligente face au climat.

"Nous avons besoin de nouvelles technologies pour la nouvelle agriculture," assure Wijnand Sukkel, chef de projet de la "Ferme du Futur". "C'est une combinaison d'agro-écologie et de technologie et les principaux éléments de cette approche agro-écologique, c'est que nous nous concentrons sur la gestion des sols et la diversité des cultures pas uniquement dans le temps en termes de rotation des cultures, mais aussi en termes d'espace car nous avons des cultures mixtes ou encore des cultures en bandes," précise-t-il.

Des robots de petite taille et d'innombrables données

Cette mixité des cultures bénéficie à la biodiversité tandis que la rotation et les plantes de couverture améliorent la qualité du sol. Et pour alléger la première couche de terre rendue compacte par l'utilisation d'équipements lourds, on creuse des trous verticaux pour réduire sa densité et améliorer le drainage de l'eau.

Les robots peuvent aussi devenir les alliés de l'agriculture en intégrant des solutions durables de production et en fournissant de nombreuses données. "La technologie joue un grand rôle dans l'agriculture à l'heure où les machines sont de plus en plus grosses," fait remarquer Bram Veldhuisen, chercheur de l'Université de Wageningen. "Mais aujourd'hui avec les robots, on peut aussi réduire leur taille et c'est mieux pour le sol car les équipements lourds endommagent le sol," dit-il. "Il y a aussi les capteurs comme les satellites et les drones, ils donnent davantage d'informations sur des éléments concernant les champs ; la technologie aidera l'agriculteur à prendre de meilleures décisions ou des décisions plus avisées," explique-t-il.

Pour favoriser cet écosystème high-tech, la Commission européenne veut parvenir à un taux de couverture de 100 % pour l'internet à haut débit dans les zones rurales d'ici à 2025 dans le cadre de sa stratégie "De la ferme à la table".

Attention aux sols

La science et les méthodes agricoles naturelles sont des éléments-clés des modèles durables.

Pendant la pause hivernale, des plantes de couverture sont utilisées pour rendre les sols plus sains. Elles absorbent des minéraux par leurs racines, produisent des protéines et restituent l'azote du sol sous forme de matière organique.

L'azote est crucial à la vie, mais il est néfaste en quantité trop importante en cas d'utilisation intensive d'engrais azotés.

Des tests en laboratoire sont régulièrement effectués avant les semences et après les récoltes pour vérifier l'équilibre des éléments biologiques, minéraux et chimiques comme l'azote.

"En début de saison, on prélève toujours des échantillons de sol pour voir combien d'azote il reste après l'hiver," déclare Koen Klompe, agriculteur biologique et chercheur en sciences appliquées à l'Université de Wageningen. "Comme ça, on peut optimiser l'utilisation d'engrais : s'il y a beaucoup d'azote dans le sol, on ajoutera moins d'engrais," indique-t-il.

Un modèle global neutre pour le climat

Afin d'évoluer vers des normes neutres pour le climat, les chercheurs de la "Ferme du Futur" mettent aussi en œuvre plusieurs solutions pour produire des énergies renouvelables afin d'alimenter les machines de production.

Les bâtiments sont déjà munis de panneaux solaires pour produire de l'électricité et il est prévu de créer sur place, une unité de production d'hydrogène alimentée par les éoliennes.

"Grâce à l'électricité, nous allons produire de l'hydrogène gazeux, on le stocke ici et on l'utilise pour nos tracteurs et les premiers prototypes sont déjà là," précise Wijnand Sukkel, chef de projet de la "Ferme du Futur". "Pour les moteurs des petites machines, nous allons utiliser l'électricité et pour les grosses machines, l'hydrogène gazeux : ainsi, nous pouvons être autonomes et neutres dans nos émissions," se félicite-t-il.

Journaliste • Claudio Rosmino