DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La croissance de l’UE revue à la hausse

Access to the comments Discussion
Par Efi Koutsokosta  & Euronews
euronews_icons_loading
Le Commissaire européen en charge de l'Economie Paolo Gentiloni
Le Commissaire européen en charge de l'Economie Paolo Gentiloni   -   Tous droits réservés  KENZO TRIBOUILLARD/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

La croissance de l'économie européenne devrait être plus élevée que prévu cette année. Dans ses prévisions, présentées mercredi, la Commission européenne estime qu'il s'agira du plus haut taux d'activité observé depuis une décennie.

Le Produit intérieur brut de l'UE devrait atteindre :

  • 4,8% en 2021
  • 4,5% en 2022

Ces chiffres sont identiques pour la zone euro. Cette reprise annoncée est cependant très inégale. La Commission estime par exemple que l'Italie devrait retrouver en 2023 son niveau de croissance d'avant-crise quand la Pologne devrait y parvenir dans les prochains mois. Le Commissaire européen en charge de l'Economie souligne que le plan de relance de l'UE doit justement niveler ces différences. "Le risque de divergence croissante entre les Etats membre est là. Nous ne pouvons pas l'exclure. Mais je dois signaler que l'un des objectifs de notre effort européen commun est de faire face à ce risque et de réduire ces différences", insiste Paolo Gentiloni.

Les pays du sud de l'UE, fortement dépendants du tourisme et particulièrement frappés par la crise, devraient profiter au mieux de l'amélioration de la situation sanitaire et de la levée des restrictions. Mais l'ombre du variant delta plane toutefois sur l'embellie annoncée. Pour Paolo Gentiloni le risque d’une augmentation des infections ne devrait cependant pas affecter de façon substantielle la saison touristique. "La différence avec l'année dernière c'est le vaccin. C'est là la différence. Je pense que nous devons travailler uniquement à rendre cette différence toujours plus forte, semaine après semaine, mois après mois", précise le Commissaire.

Plus de 62% de la population adulte dans l'UE a déjà reçu une première injection. A ce rythme certains espèrent parvenir d'ici la fin de l'année au niveau nécessaire pour atteindre l'immunité collective.